RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
12/05/2017

Près de 260 000 européens demandent à la Commission européenne de réformer la PAC




​Pour la World Wide Foundation (WWF), le modèle agricole français est à bout de souffle et la Politique Agricole Commune (PAC)ne fonctionne pas. Ainsi, la Fondation a envoyé un message fort envoyé à la Commission européenne par 258 708 citoyens issus de près de 600 organisations de la société civile et d'entreprises. Ils se sont exprimés par le biais d'une grande consultation publique européenne sur la politique agricole qui a pris fin le 2 mai 2017.


Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.
 Les ONG Birdlife, le Bureau européen de l'environnement et le WWF sont à l'origine de cette mobilisation en ligne pour appeler à répondre à cette consultation et défendre une politique agricole européenne juste, écologiquement durable, saine et responsable.

« Les Européens ont un attachement profond à leur agriculture et à leur alimentation. Ils refusent un modèle de production destructeur de nos réserves naturelles et des espèces. Ils veulent que l'argent public soit investi dans un modèle agricole plus responsable qui accompagne le monde rural vers une agriculture durable. Nous allons maintenant voir si la Commission européenne peut impulser une politique en ce sens. », a déclaré Jabier Ruiz, Chargé de plaidoyer sur l'agriculture et les systèmes d'alimentation durable au WWF Bureau des politiques européennes

 

De nombreux changements demandés

« Des milliers d'européens ont demandé des changements. La Commission européenne doit les entendre et y répondre. Il est temps de passer à une agriculture durable, particulièrement quand la confiance auprès des institutions européennes est au plus bas », a ajouté Ariel Brunner, Responsable du plaidoyer à Birdlife Europe & Asie Centrale.

De son côté, Pieter de Pous, Directeur du plaidoyer au European Environmental Bureau (EBB) a déclaré : « La PAC doit être revue dans son ensemble. Elle doit être en mesure d'apporter des réponses face au changement climatique et à la disparition des espèces. C'est la plus ancienne, la moins efficace et la plus controversée des politiques communes. Il faut une ligne claire sur les besoins en subvention pour établir un budget précis. »

À la suite de cette première étape de consultation, la Commission européenne devrait présenter ses premières orientations le 7 juillet prochain.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche