RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
26/02/2016

Pour une concurrence responsable




Le Club Génération Responsable réunit les concurrents des enseignes de distribution et de commerces. Dans une interview au journal Les Echos, Jocelyne Leporatti explique comment des concurrents peuvent se réunir pour discuter de RSE et de grands principes à mettre en place dans cette filière.


Pour une concurrence responsable
Et si la concurrence pouvait avoir des effets vertueux sur d’autres domaines que les prix ? En s’interrogeant sur la possibilité d’être concurrents et « construire ensemble une distribution responsable » le Club Génération Responsable montre que des concurrents peuvent se mettre d’accord pour atteindre des objectifs communs.

Dans une interview au quotidien Les Echos , Jocelyne Leporatti, la présidente de ce club détaille cette démarche : « Au sein du Club Génération Responsable, nous regroupons des enseignes comme Maisons du Monde, Les Mousquetaires, Picard, Carglass, Kingfisher (Castorama et Brico Dépôt) ... Toutes n’ont pas le même degré de maturité sur la RSE, mais globalement le sujet est toujours considéré comme stratégique par la direction générale. Notre association réunit des directeurs généraux et responsables RSE siégeant au comité de direction. »
 

Mutualisé les efforts

A mesure que la RSE prend une ampleur nationale, il est de plus en plus rare qu’une entreprise omette ce concept de sa stratégie. Ce genre d’initiative permet de pousser les derniers réfractaires à rejoindre les autres. Par ailleurs, la discussion entre concurrents prouve que la RSE ne se limite pas à un simple avantage concurrentiel ou à un argument marketing.

« Un collectif de plusieurs cerveaux fonctionne plus vite et de façon plus opérationnelle. Cette mutualisation fonctionne également lorsqu’il s’agit, pour une entreprise, de développer sa propre politique RSE. Nos membres acceptent volontiers de partager leur expérience, en toute transparence. C’est du donnant-donnant. Chaque organisation peut ainsi apprendre des autres structures, de ce qu’elles ont mis en place, de leurs réussites, de leurs erreurs... L’un de nos chantiers est une réflexion sur l’alimentation durable : pour avancer, nous avons réuni des entreprises concurrentes des secteurs de la distribution et de la restauration » illustre Jocelyne Leporatti.

Lire en intégralité l’interview sur le site Les Echos.fr
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche