RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
16/12/2013

Pour la fondation Nicolas Hulot, la conférence environnementale n’a pas été « à la hauteur des engagements »




Dans un communiqué issu le 12 décembre, la Fondation pour la Nature et l’Homme (FNH) de Nicolas Hulot, regrette que l’édition 2013 de la conférence manque d’ambition et demande une évolution du « format » de l’événement. Elle demande une révision du format de l'événement pour l'édition 2014.


« Malheureusement, cette édition 2013 n'a au final été ni à la hauteur des enjeux, ni à la hauteur des engagements. Alors que les discours du Président et du Premier ministre semblaient vouloir placer la transition écologique au cœur de l'avenir de la France, la faiblesse des engagements pris dans la feuille de route et des moyens proposés met en évidence la difficulté du gouvernement à s'engager dans cette voie » entame le communiqué de la Fondation pour la Nature et l’Homme (FNH).
 
L’association, qui a participé aux débats, relève un bilan « très mitigé » dans son communiqué du 12 décembre. Le texte résume un compte-rendu critique des discussions plus détaillé dans le rapport qui le suit. Le lendemain Nicolas Hulot a envoyé une lettre  à Philippe Martin, ministre de l’Ecologie plus spécifiquement sur les travaux en cours sur la transition écologique.

« Quelques avancées, souvent trop timides»

« Les échanges des cinq tables rondes ont été riches de propositions pour engager enfin résolument la France dans la transition écologique. » reconnaît le communiqué avant de regretter que « dans sa feuille de route, le gouvernement a malheureusement souvent choisi de ne pas les retenir, alors même qu'elles étaient souvent consensuelles. »
 
Concernant l’économie circulaire la FNH parle de « quelques avancées, souvent trop timides ». Pour les rédacteurs du texte, les achats publics durables et des mesures de protection plus opérationnelles manquent à la feuille de route. Des « grandes mesures » seraient ainsi « absentes » comme « un fonds de soutien aux PME et acteurs territoriaux s'engageant dans l'économie circulaire et l'éco-conception, un droit à un séjour nature pour chaque élève de l'école élémentaire d'ici 2020, l'interdiction du chalutage de fond. »
 
Plus loin, la FNH s’étonne de l’absence de mesures sur des questions pourtant abordées régulièrement par le gouvernement, notamment sur la transition énergétique, « d'autres points posent question, comme l'absence de vision sur la trajectoire retenue pour arriver à 50 % de nucléaire en 2025, le manque de mesures sur la mobilité ou sur le financement de la transition. Plus de deux mois après la conférence, ces questions demeurent. »
 
Le texte de l’association montre les difficultés du gouvernement à rassembler autour des questions environnementales. Pris en étau entre les énergéticiens et les écologistes, entre les agriculteurs et les associations, la direction prise par la volonté politique demeure floue.
 
Comme pour enfoncer le clou, la FNH demande à ce que le «format » de le conférence évolue pour qu’elle « redevienne enfin le lieu d'impulsion et de concrétisation de la transition écologique, un moment de négociation perçu comme une étape clé d'un travail collectif préalable. »

Communiqué et rapport de la FNH  





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche