RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
13/10/2014

Pour GreenPeace le nucléaire est « périmé »

Jean Camier



L’ONG d’activistes pro environnement vient de publier un communiqué qui s’attaque à l’idée que le nucléaire est une filière d’avenir. Pour les militants, farouchement opposés à cette source d’énergie, il s’agit d’une filière en déclin et d’autres pistes doivent être explorées.


Pour GreenPeace le nucléaire est « périmé »
Le vote des députés français de l’article 1 de la loi sur la transition énergétique n’a pas suffit à rassurer les militants anti-nucléaire. Pour rappel, le texte prévoit que la part du nucléaire dans la production d’électricité en France passe de 75% à 50% d’ici 2025. Pour l’association GreenPeace, qui vient de publier un communiqué, l’ouverture du premier Worl Nuclear Exhibition au Bourget montre bien que l’Hexagone n’est pas prêt à tourner la page du nucléaire.
 
Rappelant les déclarations du Premier ministre Manuel Valls sur le nucléaire (« filière nucléaire, c'est donc une filière d'avenir pour notre pays ») l’ONG « a souhaité mettre cette affirmation à l'épreuve des chiffres ».

« Technologie d’un autre âge »

Dans le texte, les militants affirment se baser sur les travaux de Mycle Schneider, « consultant international en énergie et politiques nucléaires (..) venu présenter, sur notre invitation et pour la première fois en France le World Nuclear Industry Status Report 2014 ».
 
Dans ce rapport, « on apprend, par exemple, que sur 67 réacteurs en construction dans le monde, 49 sont en retard ... tellement en retard que la construction d'un réacteur américain a ainsi débuté... en 1972 ! Une technologie d'un autre âge. »

Enfin, le communiqué insiste sur le fait que « le nucléaire est un secteur en déclin face au développement croissant des filières renouvelables. (…). En 2013, les investissements mondiaux dans l'éolien ont été cinq fois supérieurs à ceux du nucléaire (pour un montant de 215 milliards de dollars contre seulement 42 milliards pour l'atome). » Et dans le domaine des recettes, le texte affirme que « quand l'Allemagne a réalisé un chiffre d'affaires à l'export en 2013 de 13 milliards d'euros pour les renouvelables (chiffre cumulé pour le solaire et l'éolien), la France, quant à elle, s'est contentée de 5,6 milliards d'euros pour le nucléaire. »
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche