RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
28/09/2015

Pollution atmosphérique : les Chambres d'agriculture s'engagent




L'activité agricole émet divers polluants atmosphériques, mais elle est également sujette à mais également impactée par la pollution de l'air, qui entraine pour elle de lourdes pertes économiques chiffrées à plusieurs centaines de millions d'euros.


Pixabay, image libre de droits.
Pixabay, image libre de droits.
La commission d'enquête sénatoriale sur le coût économique et financier de la pollution de l'air (rendu public le 8 juillet 2015), souligne l’importance de ces pertes économiques dues à la pollution de l’air.

Un communiqué des Chambres d’agriculture de France (APCA) explique les enjeux de ces pertes économiques parfois démentielles pour l’agriculture française.
 

L’amélioration de la qualité de l’air

Le communiqué des Chambres d'agriculture de France explique qu’elles « sont mobilisées dans l'amélioration de la qualité de l'air, notamment à travers des actions de sensibilisation auprès des agriculteurs et la mise en place de solutions pratiques pour les exploitants comme la création d'un label Ecoépandage, ou la mise au point de techniques d'évacuation fréquente des déjections. » Les Chambres d’agriculture assurent également qu’elles « disposent d'un conseiller référent air dans quasiment toutes les régions et sont en contact avec les associations agrées de surveillance de la qualité de l'air. »

Antoine Henrion, Président de la Chambre d'agriculture de Moselle et élu référent air à l'APCA, explique : « Les Chambres d'agriculture travaillent sur le triptyque connaissance- pédagogie - solution. L'objectif est de pouvoir proposer aux agriculteurs les bons leviers d'action basés sur une approche globale à l'échelle de leur exploitation. Les solutions seront en effet mises en oeuvre si elles sont comprises par les agriculteurs, faisables sur le plan pratique, agronomique et viable économiquement. »

Guy Vasseur, le Président des Chambres d'agriculture, ajoute quant à lui : « Certaines solutions exigent d'importants investissements dans les exploitations, sans rentabilité directe pour les agriculteurs. C'est le cas de la couverture des fosses en élevage, bénéfique à la qualité de l'air mais aussi de l'eau. L'agro équipement en fait aussi partie. Mais dans tous les cas l'impact économique doit être évalué en amont des décisions. »

Ainsi à l'occasion de la finale nationale du concours de labour, qui s'est déroulée début septembre, « les Chambres d'agriculture de Lorraine, en collaboration avec Air Lorraine ont présenté leurs actions et mis en avant leurs expertises permettant de valoriser une agriculture qui conjugue bonnes pratiques et enjeux "air - climat- énergie". »
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche