RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
14/03/2014

Pics de pollution : transports en commun gratuits à Paris, Caen, Rouen, Reims et Grenoble




Le feuilleton des particules fines continue. Après trois jours de seuil d’alerte le Syndicat des transports en Ile-de-France (Stif) a annoncé la gratuités des transports en communs, des Vélib’ ey Autolib’ jusqu’à dimanche. Caen et Rouen ont mis en place la même disposition alors que Reims et Grenoble l’appliquent seulement vendredi.


«Considérant les risques importants pour la santé  des Franciliens, j'ai décidé, en lien avec le gouvernement, d'assurer la gratuité des transports publics dans toute la région pendant toute la durée du pic de pollution» a déclaré jeudi 13 mars le président de la Région Ile-de-France et du Stif, Jean-Paul Huchon.
 
Ceux qui ont déjà payé leur abonnement ne seront pas remboursés, la mesure vise avant tout à convaincre les automobilistes de ne pas prendre leur véhicule. Pendant que les adeptes de la solution pollueur-payeur s’amusent de cette situation, Jean Paul-Huchon continue « je demande à tous les Franciliens de privilégier l'usage des transports en commun ». Les Vélib’ et Autolib’ seront aussi disponibles gratuitement. Pour les premiers la carte journée sera gratis, pour les seconds seuls les abonnés pourront bénéficier de l’offre. La Mairie de Paris a déclaré que l’utilisation de ces deux moyens de transports avait bondi dès l’annonce de la mesure.
 
A Paris, le dispositif a débuté vendredi 14 mars à 5h30 du matin, heure d’ouverture du réseau. Il devrait s’achever dimanche soir. L’histoire ne dit pas si les contrôleurs ont pris leur week-end ou s’ils seront utiles à d’autres tâches.
 
D’autres villes, elles aussi concernées par des pics de pollution, ont annoncé la gratuité des transports en commun. Caen et Rouen l’appliqueront jusqu’à dimanche compris alors qu’à Reims et Grenoble la mesure ne sera valable que vendredi.

Limitations de vitesse

Les vitesses ont été abaissées à de nombreux endroits pour limiter l’accentuation de la pollution. Beaucoup d’axes d’autoroute sont limités à 110 Km/h au lieu de 130, les limitations des nationales et départementales sont abaissées à 70 Km/h au lieu de 90. Pourtant, d’après les spécialistes de l’air et de la pollution, les mesures de restriction des vitesses ont un effet très limité.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche