RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
30/08/2017

Nutrition, fruits et légumes de plus en plus accessibles




Après une année 2016 qui avait vu les fruits et légumes augmenter, l’année 2017 est allée dans le bon sens avec une chute des prix, révèle l’étude de Famille rurales. Une tendance positive pour la santé même les produits bios sont encore deux fois plus chers que les conventionnels.


ILD
ILD
C’est une bonne nouvelle, en 2017 les fruits et légumes sont plus abordables que l’année précédente, révèle une étude de Familles rurales. Après une année 2016, qui a enregistré hausse record, la tendance est rassurante. En effet, la flambée des prix est inquiétante pour des raisons sanitaires alors que la consommation de cinq fruits et légumes par jour reste une consigne clé de santé publique.
 
Le site FranceInfo dévoile les résultats de l’enquête annuelle de Familles rurales. On découvre ainsi que les fluctuations peuvent varier du tout au tout selon les produits : « L'association a relevé les prix de huit fruits et huit légumes sur les marchés, dans les super et hypermarchés, et les enseignes à bas prix, partout en France. Dans le détail, concernant les fruits, si les poires conférence, les pommes golden et les fraises burlat ont vu leurs prix augmenter, d'autres ont connu une véritable chute des prix : l'abricot bergeron est passé de 4,07 euros en 2016 à 3,02 euros en 2017 (-26%) et la pêche blanche est passée de 2,80 à 3,32 euros (-16%). Du côté des légumes, le prix de la tomate grappe a augmenté de 8% mais celui de la pomme de terre bintje a baissé de 22% et celui de la courgette longue, de 20%. »
 
L’autre chiffre important de l’étude concerne le bio. Malgré la baisse générale des prix, il semble que les produits de qualité cultivés en France restent bien au dessus de la moyenne « Familles rurales a comparé le coût des fruits et légumes low cost et celui des fruits et légumes "cultivés en France" : manger 400 grammes de fruits et légumes tous les jours, comme le préconisent les autorités de santé, coûtera 110 euros chaque mois à une famille de quatre personnes à l'affût des petits prix, contre 130 euros pour une famille qui privilégie les aliments français. » Quant à ceux qui ne veulent remplir leur panier que de produits bio, l’addition s’élève à 240 euros.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche