RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
20/04/2016

Nucléaire : EDF souhaite investir dans le démantèlement

Sébastien Arnaud



EDF vient d’annoncer la signature d'un accord avec l'entreprise suédoise Studsvik. Cet accord se concentre sur la démantèlement de centrales nucléaires et sur le traitement des déchets radioactifs.


Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.
Un article en ligne du site www.environnement-magazine.fr explique qu’ « en plein débat sur la situation financière d'EDF, la France s'interroge sur l'avenir de son parc nucléaire », ajoutant que « le gouvernement doit remettre sa feuille de route d'ici à l'été 2016. »
 

Cependant, avant cela, « l'électricien français devra décider s'il investit ou non dans le projet Hinkley Point de réacteurs nucléaires britanniques », à savoir « un projet notamment contesté pour le risque financier qu'il ferait peser sur les comptes d'EDF et de son principal actionnaire, l’État français. »
 
Ainsi, comme le souligne l’article, « EDF l'a annoncé ce 20 avril : il a signé un accord avec le suédois Studsvik. »

« Des références dans le secteur »

L’article précise que « l'accord prévoit qu’EDF Développement Environnement SA, filiale à 100 % d’EDF SA, acquière l’activité et les installations de traitement des déchets de Studsvik basées en Suède et en Grande-Bretagne. »
 
EDF l’assure : « l’opération concerne les actifs et installations de traitement des déchets par recyclage des métaux, incinération et pyrolyse situés sur le site Studsvik de Nykoping en Suède, ainsi que le centre de recyclage des métaux MRF (Metal Recycling Facility) de Workington en Grande-Bretagne. »
 

De plus, l'accord « prévoit une coopération dans le démantèlement nucléaire et la gestion des déchets radioactifs pour permettre aux deux entreprises de se positionner comme des références dans le secteur. »

En réalité, l’article explique que « l'objectif pour EDF est de compléter ses activités existantes. »
 
En effet, Sylvain Granger, le directeur des projets déconstruction et déchets d’EDF, a précisé dans un communiqué : « en alliant les actifs de Studsvik à Socodei, sa filiale de traitement des déchets basée en France, EDF sera en capacité d’offrir une large gamme de services en matière de gestion des déchets et de déconstruction de centrales nucléaires. Le groupe pourra ainsi renforcer sa présence en Europe sur ce marché en croissance. »
 

Lire l’intégralité de l’article de www.environnement-magazine.fr ici.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche