RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
28/02/2017

Mieux comprendre la pollution pour mieux lutter

Sébastien Arnaud



L’IFREMER s’inquiète des contaminants liés à l’activité humaine et qui polluent de manière très diffuse les sols et l’eau. Si les mesures de la pollution sont très précises, les chercheurs s’interrogent sur les sources exactes des polluants et leur propagation. Le ruissellement des eaux de pluie, le vent ou le trafic routier sont des pistes à explorer pour comprendre la diffusion des contaminants.


ILD
ILD
 « Les activités humaines (transports, industrie, agriculture...) émettent de nombreux contaminants qui se propagent dans l'environnement par différents canaux et peuvent ainsi polluer de grandes étendues, même très faiblement » constate l’IFREMER. Dans un communiqué, l’institut de recherche explique que le projet Pollusols a été mis en place en collaboration avec l’Université de Nantes pour lieux identifier les sources et causes de la pollution.
 
« D'où viennent les polluants ? Comment se propagent-ils dans la nature et jusqu'où vont-ils ? Quels sont leurs impacts ? Comment traiter les milieux pollués ? Voici les grandes questions que se posent les chercheurs de POLLUSOLS, le premier pôle de recherche français spécifiquement dédié aux pollutions diffuses. Une cinquantaine de biologistes, chimistes, physiciens, géologues ou encore sociologues issus de 16 laboratoires collaborent à ce projet financé principalement par la région Pays de la Loire pour 5 ans. Le projet étudie en particulier les polluants inorganiques : métaux toxiques à faibles doses (plomb, mercure...), oligo-éléments toxiques à fortes doses (cuivre, zinc...) et métaux radioactifs (uranium) » raconte le communiqué.
 
 « Contrairement aux pollutions ponctuelles, qui engendrent de très fortes concentrations limitées dans l'espace, les pollutions diffuses sont de faibles concentrations, donc peu visibles, mais s'étendent sur des surfaces pouvant atteindre plusieurs milliers d'hectares. Il s'agit d'un phénomène encore insuffisamment étudié », affirme Thierry Lebeau, enseignant-chercheur coordinateur du projet.
Parmi les pistes explorées par les chercheurs pour expliquer comment se répandent les polluants, le ruissellement des eaux de pluie, le vent et même le trafic routier. « La lutte contre la pollution diffuse est rendue particulièrement difficile par la multiplicité, et souvent la discrétion, des sources de contamination. Le cuivre peut par exemple provenir d'activités industrielles diverses, du trafic routier et maritime ou encore de la viticulture » commente le texte.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche