RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
06/06/2016

Marseille : le niveau de pollution baisse en centre-ville




L’association Air Paca qui mesure la qualité de l’air et le niveau de pollution dans la région Provence Alpes Côte d’Azur, a présenté hier le bilan de l’année 2015 qui marque une diminution de la pollution dans le centre-ville de Marseille.


Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.
Un article en ligne souligne cette bonne nouvelle « qui vient confirmer les récents efforts mis en place par les collectivités et certaines sociétés de véhicules électriques. »

L’article précise que « depuis près de 15 ans, la tendance est la même dans toute la France, la pollution diminue de 20% à 50% selon les villes et la région Paca n’échappe pas à cet heureux phénomène. »

Dominique Robin, directeur général d’Air Paca, explique : « Une amélioration de la technologie des véhicules qui consomment moins qu’il y a quelques années et des aménagements urbains qui limitent la place des voitures en centre-ville. »

Ainsi, à Marseille, « la semi-piétonisation du Vieux-Port aurait fait chuter de 100% le taux de fréquentation du quai de la mairie par les voitures entre 2013 et 2015. »

A cela s’ajoute également la météo, puisque l’année 2015 « a été une année pluvieuse et moins venteuse que les précédentes, ce qui engendre moins de dispersion des particules fines polluantes. »
 

Les axes routiers pas épargnés

Cependant, malgré cette tendance globale, l’article pointe du doigt « les principaux axes routiers ne sont quant à eux pas épargnés. »

C’est par exemple le cas « pour le secteur littoral d’Euroméditerranée, du côté de l’entrée du tunnel du Vieux-Port, souvent saturé par le trafic, ou encore la rocade du Jarret qui sert de voie de contournement du centre-ville et permet de connecter le Nord et l’Est de la ville. »

Dans la région Paca, « plus de 300 000 personnes résident dans une zone dépassant la valeur limite pour la protection de la santé. » L’article précise que « ces populations vivent dans les centres urbains, proches des grands axes routiers ou à proximité des sites industriels. »

Lire l’intégralité de l’article ici.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche