RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
13/11/2014

Maladies chroniques, le rôle des entreprises




Alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte sur les maladies non transmissibles ou chroniques, le magazine Challenges pointe du doigt le rôle des entreprises dans la lutte contre ces pathologies qui sont parfois favorisées par de mauvaises conditions de travail. En mettant en place des campagnes de sensibilisation à la mobilité sur les lieux de travail, l’entreprise peut jouer un grand rôle sanitaire.


D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS) 36 millions de personnes meurent chaque année de maladies non transmissibles ou chroniques. Ces pathologies « sont de longue durée et évoluent en général lentement. Les cinq principaux types de maladies non transmissibles sont les maladies cardiovasculaires, les cancers, les maladies respiratoires chroniques, le diabète et les maladies mentales. Leur impact social est déjà désastreux et l'impact économique global pourrait être tout aussi important » débute l’article du magazine Challenges consacré à la responsabilité sanitaire des entreprises.

Face aux enjeux économiques et sanitaires que représentent ces maladies, le rôle des entreprises est crucial.

« Entreprise en bonne santé »

C’est pour se consacrer à cette problématique que l’étude « Entreprise en bonne santé » (EBS) a été lancée. Mise en place dans trois entreprises (Lilly, Prévoir et HSBC), elle a cherché à mettre en place des programmes de prévention en nutrition, activité physique et mal de dos. « Les étapes successives du programme EBS comprenaient une communication générale, des ateliers de groupes et un coaching individuel. Résultat: le taux de participation des employés  au programme complet oscillait entre 25 et 45% selon les sociétés. Ce résultat est largement supérieur au faible 10% de mobilisation dans les campagnes publiques et n'a rien à envier à l'audience d'un site public destiné à la sensibilisation (le site de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé  par exemple) » rapporte le magazine.
 
D’après les premiers résultats, 77,5% des employés « prétendaient avoir considérablement amélioré leur connaissance du sujet » alors que la moitié des salariés ont déclaré avoir modifié leurs habitudes. Enfin l’article souligne que « la solution passe peut-être par l'investissement dans des installations sportives sur le lieu de travail. »





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche