RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
21/07/2015

Loi finances 2016, l’écologie dans le viseur

Sébastien Arnaud



Un journaliste du site engagé Politis rapporte que le débat d’orientation des finances publiques pour la loi de finances 2016 montre de sévère coupes dans le budget de l’écologie. Un document transmis à l’Assemblée nationale préconise en effet de continuer à baisser les crédits pour atteindre le plan d’économies de 50 milliards d’euros en trois ans.


Alors que les prises de parole en faveur de l’engagement de la France dans la lutte contre le réchauffement climatique et l’écologie se multiplient, d’autres signes ne trompent pas. C’est ainsi, qu’un journaliste du site Poltis rapporte sur son blog personnel que de nouvelles coupes budgétaires vont être faites dans le portefeuille de Ségolène Royal à l’écologie.

S’appuyant sur le document qui a été transmis à l’Assemblée nationale, l’article explique que le débat d’orientation des finances publiques (DOFP) invite les législateurs à opérer de nouvelles coupes budgétaires pour 2016.

« Signe que l’écologie n’est pas une priorité pour Manuel Valls et François Hollande, on y apprend que pour respecter le plan triennal de 50 milliards d’euros d’économies, le gouvernement a décidé de tailler de nouveau dans les crédits et les effectifs du ministère de Ségolène Royal, de même que dans ses agences, qui ont pourtant subi de sévères coups de rabot depuis plusieurs années » commente le journaliste.

106 millions de réduction de crédits en 2016 pour l’écologie

« Les crédits de paiement sont en baisse constante depuis l’arrivée de François Hollande à l’Élysée. En 2016, 106 millions d’euros de réduction de crédits (hors baisse des effectifs) sont annoncés, alors qu’en 2015 plus de 400 millions d’euros de baisse de crédit ont été programmé dans le budget triennal 2015-2017 présenté en juillet 2014 dans le cadre du débat d’orientation des finances publiques » lit-on plus loin.

Pour les militants écologistes, la pilule a d’autant plus de mal à passer que les traitements divergent nettement selon les ministères. Ainsi en 2016, les ministres de l’Intérieur et de la Justice ne seront pas concernés par les baisses de crédits alors que la Défense pourrait même voir ses crédits augmenter.

Lire en intégralité le billet de blog de Thierry Brun sur Politis





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche