RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
17/06/2014

Lille se prépare pour une nouvelle édition de la fête de l’environnement et des solidarités

Jean Camier



La Maison régionale de l’environnement et des solidarités (MRES) de Lille s’engage depuis près de 45 ans pour soutenir les associations et initiatives locales. Du 20 au 22 juin, elle organise la fête de l’environnement avec des événements autour de la participation des citoyens à la transition énergétique.


Impression d'écran
Impression d'écran
Comment les citoyens peuvent-ils participer à la transition énergétique ? C’est autour de ce thème que la Maison régional de l’environnement et des solidarités (MRES) de Lille organise un événement du 20 au 22 juin. Cette structure rassemble une centaine d’associations locales pour les aider à réaliser leurs actions. D’après le quotidien La Voix du Nord  la MRES « a aussi un projet politique, ce qui la distingue d’autres structures comme la Maison des associations par exemple. »

Le rôle des citoyens

« Parce que la transition, c’est un regard optimiste sur un constat pessimiste, et qu’il est temps de passer à l’action, la Maison Régionale de l’Environnement et des Solidarités, son réseau d’associations et Lille-Makers viennent occuper la gare Saint-Sauveur pour partager savoirs et savoir-faire le temps d’un week-end festif » lit-on sur le site dédié à l’événement. Le week-end doit permettre de « faire converger les idées et les action ; et montrer qu’elles s’inscrivent dans une dynamique de conscience collective » explique le site.

L’initiative locale souligne un enjeu important dans l’appréhension de la transition énergétique. En parallèle du travail sur l’industrie ou le secteur de l’énergie, cette transition peut devenir possible grâce à une évolution des comportements. C’est dans cette optique que les initiatives locales prennent une place importante.
 
Dans le cas de la MRES de Lille, cet enjeu a été bien compris « Il s’agit aussi de montrer que l’engagement de chacun peut avoir un effet concret à travers des ateliers « do it yourself » (fais-le toi-même), dans l’esprit du collectif des « makers » lillois, qui récupèrent des appareils électroniques pour leur donner une nouvelle vie » continue le quotidien régional.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche