RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
13/12/2014

Les prix du pétrole vont continuer à baisser en 2015




Malgré la chute des prix, l’Agence internationale de l’Energie (AIE) prévoit que la production augmente en 2015 et dépasse même les capacités de stockage. Si cette prévision se vérifie, les cours du pétole devraient continuer de baisser.


Les producteurs de pértrole vont continuer à augmenter leur production de pétrole l’année prochaine, estime l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Dans une déclaration publique du vendredi 12 décembre, l’institution a revu à la baisse sa prévision sur la demande mondiale, tout en estimant que la production allait augmenter…
 
« L’offre pétrolière, qui a déjà grimpé de 2,1 mbj en un an, est alimentée par les producteurs de schiste américain. D’après l’AIE, la production des pays hors Opep finira l’année sur une croissance record de 1,9 mbj. Elle devrait encore croître de 1,3 mbj en 2015. Dans le même temps, les pays de l’Opep devraient voir la demande émanant de leurs clients se réduire de 300.000 barils par jour, prédit l’AIE, soit un niveau de 28,9 millions de bpj. Or l’Opep a décidé de maintenir son plafond à 30 millions. Une différence de plus d’un million qui explique aussi la chute des cours  » détaille le quotidien Les Echos.
 
 

Long temps d’adaptation

Cette situation s’explique par le long temps de réaction de ce secteur composé de nombreux acteurs. Alors que pendant des années les prix sont restés à des niveaux élevés et que la croissance de la production n’a cessé de s’accélerer, il va falloir un peu de temps pour que l’adaptation de la demande et de l’offre s’opère.

« Ainsi pour l’agence, il est prématuré de penser que cette chute de rentabilité du pétrole limitera le boom de la production de pétrole de schiste en Amérique du Nord. Et ce malgré la guerre des prix que semblent avoir enclenchée les pays de l’Opep, menés par l’Arabie saoudite » souligne Les Echos.

Cette situation pourrait par ailleurs poser des probèmes de stockage. En effet, d’après les estimations de l’AIE, le creux dans la demande du premier trimestre 2015 va provoquer une augmentation des stocks mondiaux de 300 millions de barils. « Si la moitié de ce stockage se produit dans l’OCDE, les stocks pourraient y approcher 2.900 millions de barils et probablement se heurter aux limites des capacités de stockage » ajoute l’AIE.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche