RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
24/02/2014

« Les mers et les océans européens se trouvent dans un état préoccupant »

Jean Camier



D’après la Commission européenne, la directive « stratégie pour le milieu marin » a été peu appliquée. Le rapport dénonce le manque d’ambition et de coordination des Etats. La France est aussi concernée par ces critiques et particulièrement la côte nord-est de l’Atlantique.


« Les mers et les océans européens se trouvent dans un état préoccupant »
Le 20 février, la Commission européenne publie le premier bilan sur l’application de la directive européenne « Stratégie pour le milieu marin ». Ce texte de juin 2008 prévoyait de favoriser la situation écologique des zones maritimes de l’ensemble de la zone communautaire. Il se fixait un objectif de résultats pour 2020. Les éléments soulignés par le rapport seront étudiés début mars à Bruxelles à l’occasion de la conférence HOPE (Healthy Oceans- Productive Ecosytems).

Manque d’ambition et de coopération

Le bilan, près de six ans après, affirme que « des efforts urgents sont nécessaires pour que le milieu marin retrouve un état satisfaisant d'ici à 2020 ». Le rapport ne ménage pas les Etats membres dont l’ambition en la matière serait « globalement limitée ».

D’après le texte, beaucoup des recommandations et directions ont été mal appliquées ou ignorées. La Commission dénonce un décalage entre le discours et les mesures dans les domaines de la protection de la biodiversité, de l’identification des contaminants ou de la Politique commune de la pêche.

Par ailleurs l’institution européenne déplore « le manque de coordination » des Etats qui partagent une même zone maritime. Le commissaire européen chargé de l’environnement, Janez Potočnik, résume ainsi les conclusions du rapport « le message est clair : les mers et les océans européens se trouvent dans un état préoccupant. Ils nous sont pourtant indispensables et nous devons parvenir à un équilibre. »

La France aussi manque d’ambition

La France a entrepris la transposition dans le droit national de la directive, par la loi Grenelle 2 de 2010 puis par des décrets. Un plan d’action national a même été lancé par le ministère de l’Ecologie fin 2012. Pourtant, l’Hexagone n’est pas exempte de critiques. En se limitant au minimum prescrit par l’UE, la France démontrerait « un manque global d’ambitions ». Le rapport oppose la situation de la zone nord-est de l’Atlantique à celle de Méditerranée, cette dernière bénéficiant d’objectifs plus ambitieux grâce à des indicateurs associés.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche