RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
18/01/2016

Le "sac à plantes" pourrait remplacer les masques anti-pollution




Un sac à dos dans lequel se trouve un système de purification d'air à base de plantes qui permetrait de nettoyer l’air ? C'est l'idée de cinq jeunes néerlandais, qui travaillent sur le prototype d'un sac à plantes.


Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.
Un article en ligne du journal Le Point, d’après une dépêche AFP, explique les enjeux de cette initiative verte, qui permettrait sur le long terme de remplacer les masques anti-pollution.
 

« The Plant Bag »

Marnix de Kroon, le chef du projet, explique à l’AFP : « Ce sac permet de filtrer les particules fines et de nettoyer l'air. » En effet, « le sac à dos, intitulé ‘The Plant Bag’, comporte un filtre antipollution à travers lequel l'air est aspiré avant de passer par les racines d'une plante et d'être envoyé, par un système de tuyauteries, vers la bouche du porteur. »

« Le projet n'en est qu'à ses balbutiements mais l'idée a remporté un concours de design organisé aux Pays-Bas. Un prototype est actuellement en construction par ces étudiants de l'université de Delft, dans l'ouest du pays. »

M. De Kroon ajoute « Nous sommes en train de voir quelle sorte de plante fonctionnerait mieux mais l'aloé vera est une possibilité. »
L’article du journal Le Point précise qu’ « un expert de l'institut royal néerlandais de météorologie estime néanmoins qu'un tel design n'est pas très utile car à lui seul, le filtre élimine la très grande majorité des particules fines, rendant la plante inutile. »


Cependant, « Marnix de Kroon insiste : la plante présente dans le sac permettra justement de filtrer les particules fines de toute petite taille. » Il ajoute : « Je ne pense pas qu'en Europe, un tel projet puisse décoller rapidement mais des villes comme Pékin ou Téhéran, des villes qui ont de sérieux problèmes de pollution sont notre premier marché. »

L’article rappelle que « l'alerte rouge à la pollution atmosphérique avait été déclarée en décembre pour la première fois à Pékin pendant trois jours, entraînant des mesures drastiques de restriction de la circulation, des chantiers et de fermeture de milliers d'entreprises. »
 

Lire l’intégralité de l’article du Point ici.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche