RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
22/08/2012

Le retour gagnant de l'humanisme en entreprise

Tom S. Khan



Dans le contexte social actuel plutôt tendu que connaît l’économie française, la responsabilité sociale des entreprises fait l’objet de nombreuses controverses. Au-delà des polémiques, certaines entreprises françaises ont fait un choix quasiment passé inaperçu: celui de mettre au cœur de leur gouvernance l’alliance de critères éthiques et pragmatiques. Leur combinaison ouvre la voie à une autre approche de la performance, dont la relation humaine devient le premier facteur explicatif.


Le retour gagnant de l'humanisme en entreprise

Placer la relation humaine au cœur de la performance

La mondialisation oblige nos entreprises françaises à toujours être plus compétitives. Pendant de trop nombreuses années, cette course à la performance s’est réalisée au détriment de l’aspect humain. Concrètement, « le management de la performance n'est en définitive rien d'autre que la déclinaison de la pression concurrentielle jusqu'à niveau le plus immédiat de la tâche concrète » souligne le sociologue Christian Laval.

L’actualité nous rappelle souvent comment la dimension humaine a été victime de cette logique, tel que le tragique exemple de la vague de suicides que connaissaient encore récemment France Telecom ou La Poste. Cependant, la nécessaire recherche de la performance ne conduit pas nécessairement à une situation inhumaine. Au contraire, certaines entreprises innovantes ont fait le choix d’associer humanisme et compétitivité au cœur de leur métier. Le premier pas d’une telle démarche commence par prendre en compte la dimension humaine en tant que socle fondateur de l’entreprise. Par exemple, un grand groupe comme Cofely Ineo n’oublie pas de prêter « la plus grande attention aux hommes et aux femmes, attention soutenue pour le développement de leurs compétences et de leurs capacités, mais aussi pour la qualité de leur adhésion et de leur moral », explique le PDG du groupe, Guy Lacroix.

Et c’est là que se trouve le centre de cette démarche innovante : remettre au cœur de la performance de l’entreprise les hommes et les femmes qui forment l’entreprise. C’est le cas de Danone qui présente « un double projet social et économique. Tout est dans le "et". La performance économique et l'attention portée aux personnes vont de pair » rappelle Franck Riboud, PDG du groupe. Plus qu’une simple valeur ajoutée dans l’activité productive de l’entreprise, la relation humaine est un atout crucial pour les entreprises innovantes, comme le souligne le président de HCL Technologies, qui a mis en place un programme intitulé « Les employés d'abord, les clients ensuite ».

Ainsi les entreprises sont de plus en plus conscientes du fait que leur richesse ne réside plus seulement dans la "valeur ajoutée", mais également dans l'attitude et le bien-être de leurs salariées. Mais pour que cela soit possible, il est nécessaire que leur dirigeant ait l'étoffe d'un leader, d'un fédérateur; c’est-à-dire non seulement la capacité de se positionner comme celui qui « pilote, a de la vision, qui communique et qui anticipe les difficultés », comme l’explique Guy Lacroix, de Cofely Ineo. Mais également  comme celui qui « doit faire grandir les gens, être humain », ajoute-t-il. Le succès de cette démarche repose donc sur la capacité du dirigeant à promouvoir des valeurs humaines propres à son entreprise. Ainsi le dirigeant se doit à la fois de concilier l'impératif de compétitivité et les valeurs humaines qui caractérisent son organisation.

Quand compétitivité et valeurs humaines s’associent...

Les valeurs fondent véritablement l'histoire, l'identité et la culture d'une entreprise. Elles confèrent une cohérence et une cohésion - c'est-à-dire une unité - à l’ensemble humain qui compose l'organisation. Pour participer à la performance de l’entreprise, elles doivent évidemment être intégrées au management quotidien des femmes et des hommes, sous l’impulsion du dirigeant lui-même, dont la caractère institutionnel de la fonction permet de personnifier le système de valeurs dans son ensemble et de lui donner ainsi un visage humain. « L'adhésion à nos valeurs donne du sens à nos actions et de la cohérence à nos comportements. Agir ensemble, selon des valeurs, transforme une addition d'individus en une collectivité solidaire et soudée qui s'exprime au mieux de ses engagements » explique Guy Lacroix, en parlant du système de management mis en place sous son égide au sein de Cofely Ineo.

Pour que ces valeurs humaines se traduisent en action, il est important de donner aux employés un cadre de travail qui permette l’épanouissement de ces valeurs. Il est évident que ce cadre ne doit pas entrer en conflit avec l’objectif de compétitivité de l’entreprise. C’est pourquoi chaque entreprise définit son propre cadre de référence, à l'intérieur duquel ces valeurs s'exprimeront de façon concrète. Dans le cas de Cofely Ineo, cela passe par une véritable responsabilité des équipes qui valorise les collaborateurs en accordant une plus grande liberté d’action. Et pour que cette responsabilité soit facteur de développement personnel, elle s’accompagne d’une totale confiance accordée aux équipes sur le terrain. L’alliance de ces deux caractéristiques ne s’oppose pas à la compétitivité de l’entreprise. Au contraire, elle aboutit à tirer le meilleur parti des engagements de chaque équipe.

Aujourd’hui les jours du management sous pression sont comptés. La direction d’entreprise telle que l’a impulsé Jack Welch à son époque, en imposant le licenciement de 10% des employés les moins "efficaces" chaque année, n’est plus envisageable. Dans le contexte d’une économie de plus en plus ouverte et concurrentielle, la performance d’une entreprise repose sur sa capacité à s’appuyer sur des valeurs humaines fortes qui feront que les hommes et les femmes qui la composent feront preuve de souplesse, d’ingéniosité et de réactivité au sein de l’organisation. N’est-ce pas là, le premier avantage compétitif tiré du bon sens?
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche