RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
10/07/2014

Le ministère de l’Ecologie premier touché par les économies budgétaires




Le plan d’économie du gouvernement français a été transmis aux parlementaires mercredi 9 juillet. Pour atteindre 50 milliards d’euros d’économies en trois ans le gouvernement modifie largement les crédits des ministères. Avec la Défense et le Travail, le portefeuille de l’Ecologie sera largement diminué.


DR
DR
Pour atteindre les 50 milliards d'économies que le gouvernement veut atteindre d’ici à 2017, les crédits des ministères vont être largement modifiés. En excluant le service de la dette et des pensions, crédits européens et dotations aux collectivités, ils devraient baisser de 1,8 milliard en 2015, 2,1 milliards en 2016 et 2,3 milliards en 2017. Des lettres plafonds devraient parvenir aux ministres dans les prochains jours pour leur indiquer leur marge de manœuvre.

Ecologie, travail et défense touchés

Les politiques de rigueur font, par principe, de nombreux mécontents. Pour les détracteurs des coupes budgétaires, les ajustements sont lourds de sens puisqu’ils semblent montrer l’ordre des priorités du gouvernement. En l’occurrence, les trois ministères les plus touchés sont la Défense, le Travail et l’Ecologie, trois portefeuilles très symboliques. En plus de la grogne des militaires et des syndicats, il est à prévoir que les militants écologistes s’interrogent sur cette nouvelle direction budgétaire.
 
De fait, le message du gouvernement en terme d’écologie risque d’être brouillé par la baisse des crédits confiés à ce ministère. Lors du remaniement le « super » ministère de l’Ecologie et de l’énergie avait été mis en avant par Manuel Valls. Ségolène Royal était alors présentée comme la numéro trois de l’équipe remaniée. L’année prochaine, le ministère bénéficiera du sixième budget avec 13 milliards d’euros. Le budget va baisser de près de 400 millions d’euros en 2015 pour ce ministère. Pour rappel, l’an passé la ministre de l’Ecologie Delphine Batho avait démissionné de son poste à cause de la baisse du budget qui lui était confié.
 
Au niveau de la suppression des postes, le ministère de Ségolène Royal va aussi être concerné. Comptabilisé avec le logement, ces deux domaines devraient voir disparaître 834 postes en 2015, seuls la Défense (-7 500 postes) et la Finance (-2 491 postes) seront plus touchés dans ce domaine.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche