RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
02/10/2013

Le ministère de l’Agriculture et GDF SUEZ signent un partenariat pour gérer la transition énergétique agricole

Jean Camier



Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture et Gérard Mestrallet, PDG de GDF SUEZ ont signé un protocole d’accord qui vise à développer les actions d’accompagnement de la transition énergétique dans le monde agricole.


© Pascal Xicluna / Min.agri.fr
© Pascal Xicluna / Min.agri.fr
Le partenariat veut envoyer un message fort sur l’engagement du gouvernement dans le dossier de la transition écologique et de l’énergétique. Signé le 18 septembre par Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture de l’agroalimentaire et de la forêt et Gérard Mestrallet, Président directeur général de GDF SUEZ, le protocole d’accord veut contribuer à « faire de la France la nation de l’excellence environnementale. »
 
L’accord mise sur une bonne gestion de la transition environnementale en s’engageant tout particulièrement sur le volet de la transition énergétique. En ligne de mire, la sobriété et l’efficacité avec le développement des énergies renouvelables.

Objectif performance économique et environnementale

Deux solutions énergétiques inscrites dans les priorités du ministère de l’Agriculture seront en grande partie misent en œuvre par GDF SUEZ : la méthanisation et l’énergie biomasse bois.
 
Dans le domaine de la méthanisation du milieu agricole, le groupe jouera un rôle de premier plan. Grâce au plan Énergie Méthanisation Autonomie Azote, annoncé le 19 mars 2013, GDF SUEZ apparaît comme le principal atout du gouvernement dans le domaine.
 
L’entreprise s’engage également dans le développement de l’énergie biomasse bois notamment par un travail de sensibilisation. De son côté le ministère s’est engagé à favoriser l’augmentation des surfaces forestières engagées dans un processus de gestion économique durable.
 
La troisième priorité du gouvernement est le développement des filières agroalimentaires. Le partenariat devrait, d’après le ministère, faire de la mutation énergétique un atout de compétitivité pour le secteur agroalimentaire français.
 
Symboliquement le partenariat envoie un signal très fort de pragmatisme face aux défis écologiques. L’association du ministère et de l’entreprise semble annoncer la réalisation du tandem central des problématiques écologiques  l’alliance de la performance économique à la performance environnementale.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche