RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
20/03/2014

Le gouvernement prépare « un plan de protection de l’atmosphère »




Après la circulation alternée et les critiques de tous les bords politiques, Philippe Martin a raconté que le gouvernement préparait pour l’été un plan de lutte contre la pollution, particulièrement pour les zones les plus touchées. Le projet de loi de la transition énergétique inclura aussi une partie sur la qualité de l’air.


DR
DR
Dans l’édition de samedi du quotidien Libération le ministre de l’Environnement, Philippe Martin, a annoncé que « d'ici l'été, les zones les plus touchées feront l'objet d'un plan de protection de l'atmosphère qui prévoira des mesures adaptées ».
 
De cette manière, il veut contrer les critiques des associations d’automobilistes qui ont critiqué une mesure « électoraliste » à quelques jours du scrutin municipal.

Une loi au printemps et un plan en été

Dans le dossier particulier de la lutte contre la pollution, M. Martin a détaillé les mesures à venir : « réduction des émissions des chantiers de construction, plans de déplacement d'entreprises ou d'administrations, réduction de la vitesse de circulation sur certains tronçons à fort trafic, etc ».
 
Des mesures « proportionnées » seraient ainsi envisagées notamment « en matière de circulation ». Le ministre a d’ailleurs ajouté au quotidien national que « le projet de loi sur la transition énergétique que je présenterai au printemps comprendra également un volet consacré à la qualité de l'air. »
 
À propos des véhicules diesel, Philippe Martin a dit qu’il irait rencontrer les constructeurs automobiles français avec le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg « pour évoquer leur stratégie industrielle dans ce domaine. »

Ministère de l’Agriculture aussi impliqué

Signe de la place qu’a pris la pollution dans la politique du gouvernement, le ministère de l’Agriculture a aussi annoncé s’engager dans le dossier. Un communiqué publié samedi annonce que « selon les niveaux de pollution aux microparticules, des interdictions d'écobuage ou de brûlage à l'air libre des sous-produits agricoles » pourront être prises par les préfets « en fonction des situations locales ».
 
Des restrictions ou reports d’activités d’épandages ou d’activités agricoles pourront aussi être imposées en cas de pics de pollution.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche