RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
09/10/2017

Le Paris-Dakar peut il survivre aux vignettes écologiques ?




Les sports de courses automobiles sont régulièrement pointés du doigt alors que des efforts globaux sont demandés pour limiter les émissions de CO2. Covoiturage et restrictions de circulations d’un côté alors que de gros engins traversent des étendues sauvages en toute impunité : le paradoxe est trop visible et oblige les organisateurs du Paris-Dakar à annoncer des mesures pour limiter l’impact environnemental de l’événement.


ILD
ILD
C’est une affaire de symbole plus que de poids dans la balance écologique. Alors que de plus en plus de grandes villes compliquent la vie des travailleurs en optant pour les restrictions de circulations lors des pics de pollution, le principe même des sports automobiles peu gêner. Les gros cylindrés qui s’élancent pour le plaisir des fans sur des circuits ou dans la nature ont beau peser peu sur l’ensemble des émissions, dans un contexte d’efforts général de limitation des émissions ils font tache.

Le Paris-Dakar est en l’espèce un cas d’école et essuie de nombreuses critiques. « Le Dakar part avec un handicap lié à ses années africaines. Cela fait huit ans que nous faisons de la compensation carbone, que nous investissons de l’argent dans des projets durables, labellisés. Mais beaucoup de personnes qui ne portent pas la compétition dans leur cœur s’en moquent éperdument. Nous, nous avons la satisfaction de faire quelque chose de bien, mais je ne suis pas sûr que cela intéresse beaucoup les gens » se défend dans Le Monde le patron du rallye qui se tient désormais en Amérique du Sud.

« Le Dakar part avec un handicap lié à ses années africaines. Cela fait huit ans que nous faisons de la compensation carbone, que nous investissons de l’argent dans des projets durables, labellisés. Mais beaucoup de personnes qui ne portent pas la compétition dans leur cœur s’en moquent éperdument. Nous, nous avons la satisfaction de faire quelque chose de bien, mais je ne suis pas sûr que cela intéresse beaucoup les gens » continue le responsable cité par le journal.

Les organisateurs savent qu’ils doivent s’adapter aux exigences de l’effort mondial contre la pollution et les émissions, ils estiment cependant que le traitement qui leur est réservé est injuste « En effet, selon la dernière étude menée par le cabinet Espere en 2010, le Dakar aurait émis à l’époque 42 800 tonnes de CO2, une pollution engendrée majoritairement par les importantes distances effectuées en avion et l’accroissement spectaculaire du nombre de spectateurs. Comparé aux 2,7 millions de tonnes de la Coupe du monde de football en Afrique du Sud la même année, ou même aux 570 000 tonnes de la Coupe du monde de rugby dans l’Hexagone en 2007, ce chiffre paraîtrait presque dérisoire » nuance Le Monde.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche