RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
18/06/2014

Le Foll veut plus de 50% d’agro-écologie d’ici 2025

Jean Camier



En conférence de presse mardi 17 juin, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll a annoncé l’objectif de 200 000 exploitations agro-écologique en 2025. Il réaffirme la position du gouvernement alors que la loi d’avenir agricole doit passer en deuxième lecture à l’Assemblée début juillet.


Source Parti Socialiste
Source Parti Socialiste
À l’occasion de la prise de parole du comité de suivi du projet agro-écologique de 2012, Stéphane Le Foll a confirmé la position du gouvernement sur ce dossier. Le ministre de l’Agriculture a expliqué que la France visait l’objectif de « plus de 50% soit 200 000 exploitations » de ce type.

Selon le ministre, il existe un certain nombre de mesures qui doivent aider à soutenir cette évolution du secteur agricole. Parmi les pistes confirmées, il a parlé en particulier des aides à la conversion, de formations et d’aides à l’innovation jusqu’au bilan global fin 2014.

Par ailleurs, « un "outil de diagnostic" va notamment être mis en place en septembre de façon expérimentale, sous la forme d'un questionnaire en ligne qui sera mis à la disposition des agriculteurs pour mesurer les performances agro-écologiques de leurs exploitations. L'intégration de références à l'agro-écologie dans deux BTS, dans un Certificat d'aptitude professionnel agricole, un bac et un brevet professionnels a aussi été annoncé pour la rentrée » détaille Le Figaro.

Les débats vont reprendre

Par sa prise de parole, Stéphane Le Foll confirme la position de son ministère et du gouvernement sur la transition agricole. En avril, la loi d’avenir agricole avait été adoptée après des débats houleux entre les différentes parties. Alors que l’opposition dénonçait une loi qui allait avoir un effet négatif sur la compétitivité du secteur primaire, les élus écologistes jugeaient que la majorité n’allait pas assez loin.

Le 8 juillet le texte passera en deuxième lecture à l’Assemblée nationale. Les débats vont donc reprendre alors que les relations entre le gouvernement et les écologistes se sont encore détériorées. Par ailleurs, comme le rappelle le quotidien Le Figaro, les associations écologistes n’ont pas salué par les déclarations du ministre. Selon elles, il n’est pas envisageable d’agir dans le domaine de l’agro-écologie sans prendre une position plus ferme vis-à-vis des engrais et pesticides.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche