RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
23/12/2014

Le Canada, mauvais élève du climat

Jean Camier



Dans la lutte contre les changements climatiques, le Canada fait figure de mauvais élève, se classant au 58ème rang sur 61, selon un rapport dévoilé le 8 décembre dernier à la conférence de l’ONU sur le climat à Lima. Le secrétaire général des Nations unies demande au gouvernement canadien d'être plus visionnaire pour l'avenir de la planète.


Sur les 58 pays qui produisent 90 % des émissions de gaz à effet de serre, seuls le Kazakhstan, l'Australie et l'Arabie saoudite ont ont un moins bon classement que le Canada. Et sur l’ensemble des pays qui produisent le plus de CO2, le Canada arrive bel et bien en queue de liste.

Doté d’un grand nombre de ressources d’énergie, le Canada est aussi dernier du classement des pays les plus impliqués dans la lutte internationale contre le changement climatique. A cela s’joute sa très mauvaise position en ce qui concerne le développement de ses énergies renouvelables.

Le Canada doit-il faire plus pour la planète ?

Alors que la conférence de Lima sur le climat s’est déroulée début décembre, Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies (ONU) exhorte le Canada à mettre en place plus de structures pour endiguer le changement climatique.

« J'exhorte le Canada à être porteur de plus grandes ambitions, à être plus visionnaire pour l'avenir de la planète », a déclaré Ban Ki-Moon.

Ce dernier invite le pays à suivre l'exemple de ces pays producteurs d'énergie fossile, qui investissent dans les énergies renouvelables pour assurer la bonne marche de leur économie, comme le Danemark, la Suède ou encore le Royaume-Uni.

« Les pays qui produisent des énergies fossiles sont en train de trouver de nouvelles manières de réduire leurs émissions. Le Canada pourrait être un meneur de ce mouvement. Je compte sur le leadership du premier ministre Stephen Harper », poursuit-il.

Si cette mauvaise tendance du Canada se maintient en matière de politique climatique, le Canada ne respectera pas les cibles de réduction des émissions de gaz à effet de serre qu’il s’est lui-même fixé, soit, une baisse de 17 % sous les niveaux de 2005, d'ici 2020 a également fait remarqué Ban Ki-Moon.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche