RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
22/05/2014

Lancement d’une structure européenne d’observation des Océans

Jean Camier



En juillet 2014, une structure légale européenne sera inaugurée pour l’observation des océans. Baptisée ERIC (European research infrastructure consortium) Euro-Argo, il s’agit de la contribution européenne au réseau international Argo, principale source d’information pour les scientifiques qui étudient le climat et les océans.


Creative Commons
Creative Commons
« Euro-Argo est la contribution européenne au réseau international Argo constitué de 3 000 flotteurs qui mesurent la température et la salinité depuis la surface jusqu'à 2 000 mètres de profondeur sur l'ensemble des océans.» explique l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploration de la mer) dans un communiqué.
 
Baptisé Eric Euro-Argo, le dispositif sera officiellement inauguré le 17 juillet 2014 à Bruxelles. Ce projet « a pour objectif d'optimiser, de pérenniser et de renforcer la contribution européenne à Argo et de fournir un service d'excellence à la communauté scientifique (océan, climat) et à celle de l'océanographie opérationnelle. Euro-Argo vise également à préparer la nouvelle phase d'Argo avec une extension aux plus grandes profondeurs, aux paramètres biogéochimiques et à la couverture des zones polaires » continue le texte.
 
C’est la Commission océanographique intergouvernementale de l’Unesco et l’Organisation météorologique mondiale qui ont lancé le programme Argo en 2000. « Avec les observations des satellites, les données des flotteurs Argo sont la principale source d'information pour les chercheurs s'intéressant au climat et à l'océan, pour la prévision saisonnière et climatique ainsi que pour les centres d'analyse et de prévision océanique » explique l’Ifremer.

Siège à Brest

Sous impulsion de la Commission européenne, ERIC Euro-Argo a été lancé par neuf pays fondateurs : France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Pays-Bas, Norvège, Grèce, Pologne et Finlande. D’autres Etats seront ensuite intégrés dans les années à venir, pour l’heure l’intégration de l’Espagne, de la Bulgarie et de l’Irlande sont prévus. Depuis le 12 mai, la structure dispose d’un statut légal communautaire qui doit faciliter l’installation des infrastructures nécessaires à la participation des pays européens.
 
Dans la pratique, elle aura un rôle de coordination des opérations et sera chargée de l’achat des flotteurs européens. Les structures de l’Ifmer à Brest vont héberger son siège au moins pour les cinq prochaines années.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche