RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
21/06/2016

La pollution responsable de 48 000 morts chaque année en France

Sébastien Arnaud



D’après une étude de Santé publique France la pollution serait responsable de la mort de 48 000 personnes chaque année, dont plus des deux tiers seraient évitables. C’est à peine moins que les 49 000 morts causés par l’alcool.


Pixabay - Image libre de droit
Pixabay - Image libre de droit
C’est une étude aux chiffres chocs que vient de publier Santé Publique France. Cette nouvelle structure qui regroupe depuis deux mois l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), l'Institut de veille sanitaire (InVS) et l'Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (Eprus) frappe très fort en affirmant que la pollution est la troisième cause de décès en France.

A la traine par rapport aux 78 000 morts du tabac et à une coudée des 49 000 morts de l’alcool, la pollution entre dans la cour des grands. Le chiffre, bien qu’édifiant, n’est pas une surprise puisqu’il confirme l’estimation avancée par Clean air for Europe qui, dès l’année 2000, estimait à plus de 40 000 le nombre de morts liés à la pollution en France.
 

Des chiffres discutables

Sur la forme, l’enquête est avant tout un signal d’alarme salutaire sur le problème de la pollution. Sur la méthode, les résultats sont à prendre avec des pincettes puisque la pollution est surtout à considérer comme un facteur aggravant ou un risque lié à l’environnement. Chaque mort étant un cas unique, il faut être vigilant à ne pas colporter des conclusions hâtives.

Toujours est-il que l’étude estime que la pollution est un facteur important dans la diminution de l’espérance de vie. « Selon Santé publique France, une personne de 30 ans perd jusqu'à plus deux ans d'espérance de vie. Cette perte est, en moyenne, plus élevée dans les grandes villes (15 mois et plus), mais elle n'épargne pas les zones rurales (9 mois). Au niveau géographique, la carte des concentrations de particules fines montre par exemple qu'elles sont plus élevées dans de grandes zones urbaines : région parisienne, Nord-Est de la France et l'axe Lyon-Marseille » explique Le Parisien.fr .

Par ailleurs, continue le quotidien, « plus de 34 000 décès seraient évitables chaque année si les communes atteignaient le niveau de particules fines des 5% des communes équivalentes (taille de population) les moins polluées, selon l'un de ces scénarios ».
Enfin l’étude explique que le principal danger repose sur une exposition constante à la pollution plutôt qu’à des pics exceptionnels.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche