RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
19/01/2016

La multiplication des abattages divise

Sébastien Arnaud



A Lyon, samedi dernier, près de 2 500 personnes ont manifesté contre la multiplication des abattages des loups.


Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.
Car comme l’explique un article en ligne du journal Le Monde, « depuis juillet, 34 ont été tués, et 7 morts restent non élucidées. Or, un arrêté ministériel fixe à 36 le nombre maximal de loups qui pourront être abattus pour la période 2015-2016, au titre – et c’est crucial – de dérogations à leur statut d’espèce protégée. »

L’article souligne qu’« alors que la population de Canis lupus est en légère baisse en France, le préfet de Rhône-Alpes, coordinateur du plan loup, a pourtant demandé à la ministre de l’écologie, dans une lettre du 12 décembre 2015, de prendre un nouvel arrêté autorisant à tuer six loups supplémentaires. L’argument avancé : ‘Eviter une situation qui ne serait pas comprise par les éleveurs’. »

De nombreuses tensions

L’article du Monde ajoute que « cette question du loup, et des tensions qu’il attise, est symptomatique de notre difficulté, très franco-française, à faire une place à la biodiversité face à des intérêts économiques prépondérants. »

Néanmoins, il y a urgence, car « si la France abrite, grâce à ses territoires d’outre-mer, une très grande diversité d’espèces animales et végétales, elle se classe au sixième rang des pays hébergeant le plus d’espèces en danger au niveau mondial. L’érosion de la biodiversité est vertigineuse, irréversible. »

Or, « l’une des principales menaces qui s’exercent sur les espèces réside dans la fragmentation, la destruction ou la modification de leurs habitats. » Et « les raisons sont nombreuses : intensification de l’agriculture, surpêche, pollution, mais surtout artificialisation du territoire. »

Ainsi, Le Monde souligne que « chaque année, ce sont 68 000 hectares qui sont pris à la nature pour bâtir les sols, construire des routes ou des parkings. Conséquence : les trois quarts des habitats naturels français s’avèrent dans un état de conservation défavorable. »

En outre, « malgré pléthore d’outils et de statuts (parcs, réserves, sites Natura 2000, etc.), seul 1 % du territoire métropolitain est aujourd’hui ‘sous protection forte’. »

Lire l'intégralité de l'article du Monde ici.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche