RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
29/08/2014

La coopérative comme solution au Mali

Jean Camier



Il semble parfois inutile d’aller chercher des solutions innovantes ou révolutionnaires pour améliorer la situation alimentaire et économique d’une région. Face aux problématiques particulières du Mali, le Cirad a mis en place une coopérative Gestion durable de la biodiversité agricole.


DR Cirad
DR Cirad
Le Centre international en recherche agronomique pour le développement (Cirad) a publié un communiqué dans lequel il fait le bilan des recherches pour un projet  Mali. Les chercheurs de ce prestigieux centre de recherche ont mis en place dans ce pays une coopérative Gestion durable de la biodiversité agricole. « La sélection participative permet d'intégrer dans des programmes de sélection les pratiques et les savoirs développés par les paysans depuis des décennies en interaction avec leur environnement, explique dans le communiqué Gilles Trouche, sélectionneur au Cirad. Elle permet de mieux répondre aux besoins réels des producteurs et de leur famille. »

Face aux particularités du pays, aux besoins des habitants tant en terme alimentaire qu’économique, les chercheurs ont proposé une solution adaptée. Les recherches du Cirad ont ainsi abouti à la création d’une structure juridique « destinée à valoriser les semences de variétés améliorées obtenues avec la participation des agriculteurs. » 

Meilleure collaboration entre les chercheurs et les producteurs

Grâce à cette coopérative appelée GDBA, la Cirad espère qu’une dynamique vertueuse de collaboration sera facilitée. « La GDBA va intensifier la collaboration entre chercheurs et producteurs. Les variétés, améliorées par les chercheurs ou issues de la sélection paysanne seront proposées aux paysans Ceux-ci, identifiés par les réseaux de la GDBA, testeront et valideront les variétés satisfaisant au mieux à leurs besoins et leurs contraintes » explique dans le même texte Bougouna Sogoba, secrétaire général de la structure.

Par ailleurs, continue le communiqué, « la GDBA organisera également des formations sur les droits de propriété intellectuelle des ressources génétiques végétales ainsi que sur les méthodes de sélection participative et de la production semencière. Elle produira, conservera et vendra des semences et de l'expertise sur les questions de systèmes semenciers. Cette démarche est étroitement associée à une démarche de gestion dynamique in situ dont GDBA constituera une pierre angulaire pour l'agrobiodiversité malienne. »





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche