RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
03/04/2012

La Tunisie met la RSE à l’honneur




Le 27 et 28 mars 2012 s’est tenu à Tunis le premier forum international sur la RSE. Le projet est porté par la Confédération des entreprises citoyennes de Tunisie (CONECT), une jeune organisation patronale créée par Tarek Cherif. L’évènement a été l’occasion de convier différents acteurs de la RSE en provenance de tous les continents.


La Tunisie met la RSE à l’honneur
Le premier forum international sur la RSE organisée à Tunis en mars 2012 a réuni une grande variété de parties prenantes aux problématiques de la responsabilité sociale des entreprises. Représentants privés et publics ont assisté à ce cycle de conférences notamment animé par le président de l’Institut québécois d’éthique René Villemure, mais aussi par Ann Niacker du conseil d’administration du Business Women Network d’Afrique du Sud ainsi que de nombreux représentants du milieu entrepreneurial des pays du Nord de l’Afrique.
Cet évènement a également été l’occasion pour la CONECT d’annoncer son projet de création d’un label RSE. La Confédération souhaite en effet se doter d’un outil d’évaluation des performances des entreprises en matière de développement durable, de bonne gouvernance et d’initiative citoyenne. À travers cette initiative, la CONECT entend se faire le promoteur de l’entrepreneuriat responsable en Tunisie et inciter les entreprises à faire évoluer leurs pratiques vers des standards plus responsables. Pour Tarek Cherif, la démocratisation de la RSE constitue une nécessité pour contrebalancer les déséquilibres économiques et sociaux en Tunisie et plus largement dans les économies mondialisées. Dans les pays du Maghreb aussi, la RSE est portée avec force par des initiatives remarquées.

En Tunisie, la responsabilité sociale et environnementale intègre progressivement la pratique des affaires. Outre l’initiative lancée par la CONECT, on note les efforts du Groupement des Industries Tunisiennes pour l’Aéronautique et le Spatial (GITAS) pour la promotion de la RSE. Le GITAS compte parmi ses adhérents une trentaine d’entreprises employant près 3 000 personnes. Ces entreprises et particulièrement Zodiac Aerospace, à la tête du Groupement, manifestent un engagement sociétal et environnemental fort.
Zodiac s’est notamment engagé par le biais d’une charte à œuvrer sur trois thèmes de RSE : l’environnement tout d’abord, puis la santé et la sécurité des personnes et enfin les risques industriels. Concernant l’environnement, le groupe s’est notamment fixé pour objectif de « diminuer sa production de déchet », d’en « valoriser au moins 80% » ou encore de « diminuer sa consommation d’eau » et ses émissions de gaz à effet de serre. Par ailleurs, une politique d’analyse de la totalité « des accidents du travail et des évènements ayant généré un risque » s’inscrit dans sa démarche de sécurité et de protection des collaborateurs. Pour satisfaire ses exigences en matière de contrôle du risque industriel enfin, Zodiac a notamment adopté le règlement européen REACh sur l’enregistrement, l’évaluation et l’autorisation des produits chimiques. Une quarantaine de sites de production du groupe Zodiac Aerospace sont également certifiées ISO 14 001 et atteste de la conformité de leur politique environnementale.

La RSE transcende les clivages Nord-Sud. À Tunis l’initiative de la CONECT fin mars 2012 a d’ailleurs été soutenue par la présence d’intervenants et de spectateurs en provenance de plusieurs continents. Le pouvoir fédérateur du concept apparaît donc d’ores et déjà au tissu entrepreneurial de certains pays en développement. Parmi eux, la Tunisie qui dispose d’organisations et d’entreprises pionnières en matière de responsabilité sociale donne à voir un exemple très encourageant. Dans la course pour la RSE qui démarre au tournant de ce siècle, l’écart entre pays en développement et pays développés est moins important qu’il n'y paraît.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche