RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
19/02/2015

« La Grande Barrière de corail, un futur dépotoir ? » s’interroge le WWF

Sébastien Arnaud



Un rapport commandé par le WWF s’inquiète de l’avenir de la Grande Barrière de corail, près de l’Australie. D’après ce document, l’industrialisation aurait des « effets dévastateurs » sur ce site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. L’ONG demande au gouvernement australien de réagir.


Creative Commons, Flickr
Creative Commons, Flickr
Pour le WWF, le magnifique site australien de la Grande Barrière de corail est en danger. C’est du moins ce que le rapport The Great Barrier Reef Under Threat, commandé par cette ONG, semble confirmer. Suite à la publication de ce document, l’organisation a largement communiqué autour du sort réservé à ce site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Dans un texte au titre évocateur « La Grande Barrière de corail, un futur dépotoir ? », les militants veulent faire réagir l’opinion mondiale pour mettre le gouvernement australien sous pression.
«La Grande Barrière de corail est un des habitats naturels océaniques les plus riches : il abrite de nombreuses espèces protégées, et représente un atout économique pour l’Australie et un trésor naturel pour le monde entier. Faire du récif un dépotoir n’a aucun sens, non seulement du point de vue environnemental, mais aussi du point de vue économique puisqu’il s’agit ici de construire des ports inutiles» dénonce dans ce texte Marco Lambertini, le Directeur général du WWF International.

Stop au dragage de fonds océaniques

Si les militants s’insurgent c’est que, d’après eux, «la croissance portuaire exige le dragage d’environ 51 millions de mètres cube de fond océanique, soit assez de sable pour remplir 49 fois l’Empire State Building. Une grande partie pourrait finir dans les eaux protégées de la Grande Barrière de corail - inscrite au patrimoine de l’humanité - où elle risque de former des bancs de sédiments qui pourront dériver sur près de 80 km et causer de lourds dégâts. » Entreprise qui aurait d’importantes conséquences sur le patrimoine naturel.

 Pour les militants, ces aménagements pour permettre l’augmentation des exportations de charbons sont incompréhensibles dans un contexte mondial de guerre contre cette énergie. D'après eux, il faut arrêter d'abîmer les fonds marins pour développer une industrie qui chute dans le monde entier.

Lire l’intégralité du communiqué du WWF





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche