RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
04/05/2016

La Banque de France va introduire la RSE dans sa cotation des entreprises

Sébastien Arnaud



La Banque de France va inclure la responsabilité sociale des entreprises dans l’évaluation des 250 000 entreprises sur lesquels elle publie un avis. Le site spécialisé MR22, destiné aux « managers responsables » salue cette décision.


Source Flickr - Creative Commons
Source Flickr - Creative Commons
La Banque de France vient d’annoncer qu’elle allait inclure la RSE dans les critères pris en compte dans la cotation des entreprises. La prestigieuse institution, dont l’avis d’expert fait référence, montre ainsi l’importance de prendre en compte l’engagement responsable des sociétés pour donner une autre valeur aux cotations.

« Il est rare qu’en France où la tendance est de tout « étatiser » et de tout « judiciariser », les acteurs définissent par eux-mêmes des améliorations souples, progressives et consensuelles. Cette innovation est donc à marquer d’une pierre blanche, preuve en est que la RSE des entreprises françaises correspond à une demande de fond de la part des entrepreneurs, qui veulent une relation positive avec le tissu social et qui son prêts à se soumettre à un juge de paix objectif, quand il est sérieux et quand cela sert aussi l’économie territoriale » juge le site MR21, qui veut s’adresser aux « manageurs responsables ».
 

250 000 entreprises concernées

La Banque de France qui s’attèle au travail titanesque de cotation de 250 000 entreprises participe à l’idée que la RSE est une donné indispensable dans l’analyse des performances d’une entreprise.

« En attendant de voir comment la RSE va être mesurée et comptabilisée dans l’enquête BDF, au travers de questions simples que les petites entreprises pourront renseigner aisément et leurs experts pourront certifier sans trop de recherches, en s’appuyant au maximum sur la comptabilité, financière et extra-financière, on peut s’interroger sur la portée de cette initiative » s’interroge l’article du site spécialisé.

Il est vrai qu’il est encore trop tôt pour crier victoire tant que la part des données liées à la RSE prises en compte n’est pas encore connue. Elle ouvre cependant un peu plus la voie à la réflexion sur les nouveaux leviers de la compétitivité, dont le développement durable et la responsabilité.

Lire en intégralité l’article cité sur le site MR21
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche