RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
22/05/2014

L’information comme principal levier d’action sur la consommation




L’ADEME ressort les conclusions d’une enquête sociologique publiée en février. Ce travail suggère d’agir principalement sur le principe de « consomm’action » en donnant les moyens aux personnes de maitriser leur consommation.


Creative Commons
Creative Commons
La logique est imparable, pour mieux gérer sa consommation il faut pouvoir avoir accès aux informations dans ce domaine. L’Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie (ADEME) le rappelle dans un communiqué : « inciter les ménages à gérer par eux-mêmes leur consommation en énergie chez eux et ainsi passer du statut de consommateur passif à celui de « consomm’acteur » est l’une des clés pour plus d’économies. »

En février, l’agence publique avait publié les résultats d’une étude sociologique dans un numéro de sa publication Stratégie & Etudes. On comprenait par ce travail que l’information sur les consommations aide à produire des changements de comportements. Il s’agit ici de trouver des moyens pour permettre aux bonnes volontés de s’engager pour mieux gérer leur consommation. En effet, la sensibilisation sur les questions de l’environnement et de maitrise de l’énergie doit absolument être accompagnée de moyens pratiques.

Compteurs et accompagnement

L’ADEME avance deux grands axes qui peuvent permettre de faciliter la transmission d’informations dans le domaine. Dans un premier temps il y a « les compteurs communicants et les services de gestion associés ». Ces dispositifs sont d’ordre matériel ou logistique qui peuvent porter des fruits rapidement. D’après l’ADEME, « ils devraient faciliter la montée en compétence des familles sur la question et ainsi générer des économies dans les foyers.»

Ensuite, le communiqué met en avant la responsabilité des collectivités territoriales et des professionnels. Les particuliers, qui sont de plus en plus sensibles aux problématiques environnementales, doivent bénéficier de l’expertise et des connaissances des acteurs du développement durable pour appliquer des mesures concrètes.

La question de l’information pratique et de l’accompagnement a le mérite de sortir d’une vision simpliste de l’évolution des comportements en se focalisant sur la seule sensibilisation. Il faut prendre acte des avancées positives dans le domaine et proposer des mesures accessibles et concrètes.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche