RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
27/09/2017

L’impact environnemental des smartphones explose




Les téléphones intelligents se démocratisent, les métaux rares sont de plus en plus utilisés et leur durée de vie diminue : des aspects qui contribuent très largement à la progression dramatique de leur impact environnemental.


ILD
ILD

C’est de pire en pire. Non seulement la production d’un téléphone intelligent nécessite d’année en année plus de métaux rares, mais les appareils sont de plus populaires et durent de moins en moins longtemps. Une équation du pire du point de vue de l’impact environnemental. Un bilan que pointe du doigt une étude publiée par l’Ademe et France Nature environnement. « Depuis 2007, et la sortie du premier iPhone, sept milliards de smartphones ont été vendus dans le monde, des ventes en pleine croissance : 139 millions d’appareils écoulés en 2008, plus d’un milliard en 2013, près d’1,5 milliard en 2016, relève cette synthèse. L’impact de chaque téléphone s’accentue aussi quand la taille de l’écran croît ou que la définition de l’appareil photo s’améliore, souligne l’étude , rapporte un article du quotidien régional Le Progrès .

Les chiffres varient selon la complexité et les capacités des appareils mais en moyenne la fabrication d’un téléphone nécessite une cinquantaine de métaux. C’est le double des anciens téléphones portables et un casse-tête écologique puisque les petites pièces sont le résultat d’alliages. « Les Français changent de portable en moyenne tous les deux ans. Et dans 88 % des cas de renouvellement, les appareils sont encore en état de fonctionner. L’enquête évoque « des facteurs psychologiques et sociaux » pour expliquer ces changements fréquents, mais aussi le fait que « dans la plupart des cas, les smartphones ne sont pas conçus pour être robustes et réparables, ni compatibles et évolutifs dans le temps » : batteries collées ou soudées, pièces de rechange indisponibles, etc » lit-on plus loin.

Avant de trouver des solutions pour agir au niveau des effets sur l’environnement et les droits de l’homme des extractions et sur le recyclage en fin de cycle, l’Ademe et France Nature environnement appellent les consommateurs à mieux réfléchir lorsqu’ils consomment. Certaines questions méritent d’être posées lorsque l’on achète un téléphone : durée de vie, possibilité de changer la batterie, réparations en tous genres, disponibilité des pièces détachées et origine des composants. Les fabricants s’adaptent aux besoins, aujourd’hui le téléphone responsable ne semble pas être une cible pour eux.






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche