RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
11/08/2014

L’épineux problème des cartouches d’impression usagées




Dans un communiqué la société Collectors, spécialiste du tri, s’insurge du manque de volonté des professionnels du secteur de l’impression et des cartouches. Dans le texte, la société s’étonne du peu d’engagement des producteurs qui, mis à part quelques exceptions, oublient leur «l'obligation de s'assurer de l'élimination ou du recyclage de leurs productions en fin de vie. »


DR
DR
Dans un communiqué la société de tri Collectors s’attaque au problème des cartouches d’impression usagées, rappelant que « près de 6 millions de cartouches vides collectées en France attendent dans un entrepôt de 2000 m² à Mornant (69) de connaître leur sort. »

« Comme tous producteurs de biens, les fabricants de cartouches d'impression ont l'obligation de s'assurer de l'élimination ou du recyclage de leurs productions en fin de vie. Et si l'on note l'exception notable de la marque Lexmark et de l'opérateur Néopost qui ont compris depuis longtemps la dimension citoyenne et sociétale de leur rôle, c'est bien l'ensemble des fabricants qui aujourd'hui ont choisi, dans les faits, d'ignorer le sort réservé en fin de vie de la grande majorité de leur production de cartouches et de toners » continue le texte.

Mauvaise application de la loi

Dans le texte, Collectors s’insurge contre les professionnels puisque « des lois et règlements tant sur le plan européen que national existent bien ». Selon les rédacteurs du communiqué il est urgent de faire en sorte que « leur interprétation ne laisse la place à la mise en œuvre de collectes des déchets rendues symboliques par les atermoiements successifs de la filière. »

Sous pression de l’Etat, la société de tri doit se débarrasser d’un million de cartouches d’ici quinze jours.  « Mise au courant très officiellement de ces millions de cartouches entreposées à Mornant, la majorité des constructeurs a eu pour première réaction de se dégager de toute responsabilité ! Aujourd'hui, il reste quelques semaines avant que le devoir de se conformer au droit français fera naître pour Collectors une charge aussi injuste à la lecture de ces lignes qu'impossible à assumer seule » continue Collectors qui explique craindre pour sa santé financière.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche