RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
23/06/2017

L’engagement des grandes entreprises pour les réfugiés

Sébastien Arnaud



Le décret sur les ressortissants des pays musulmans mais aussi les crises migratoires ont secoué les entreprises américaines et certaines françaises qui réagissent en annonçant des mesures. Airbnb, Starbucks, Michelin, Air Liquide, Sodexo, Total se mobilisent de diverses manières dans ce domaine.


Les crises humanitaires associées à la politique sur l’immigration de Donald Trump ont donné un coup de fois sans précédent sur la conscience populaire autour de la question des réfugiés et de l’immigration illégale. « Il aura fallu un tweet pour secouer la planète business. Quand le président américain brandit fièrement en janvier dernier son premier décret refusant l'accès aux Etats-Unis aux ressortissants de sept pays musulmans, Brian Chesky, le fondateur d'Airbnb, appelle son associé Joe Gebbia. "T'as vu? P***** c'est horrible, il faut qu'on fasse quelque chose!", raconte à L'Express une source proche du dossier » raconte un article en ligne de L’Express .

Avant le décret de Donald Trump visant les ressortissants de certains pays musulmans, la photo du petit Aylan – petit garçon retrouvé mort noyé sur une plage – avait elle aussi été un électrochoc pour l’opinion publique et donc aussi les entreprises. C’est donc un vrai sujet et les entreprises participent de manières variées. Airbnb s’engage à fournir 100 000 logements à des personnes dans le besoin dans le monde. Un engagement du groupe mais qui repose surtout sur les particuliers : 6 000 personnes auraient proposé leur hospitalité dont 300 en France. Starbucks a aussi annoncé s’engager dans le domaine mais du côté de l’emploi en annonçant chercher à embaucher 2 500 réfugiés de France et d’Europe.

« Plus proches de nous, plusieurs entreprises françaises ont lancé des initiatives dès le tragique épisode du petit Aylan. Ce fut le cas par exemple de Michelin, Air Liquide, Sodexo ou encore Total qui a financé en 2015, via sa fondation d'entreprise, une formation dédiée au codage pour 14 réfugiés de 7 nationalités différentes. "Ce qu'on veut faire ce n'est pas simplement faire un chèque à un organisme", expliquait en 2015 le patron, Patrick Pouyanné, engageant un budget de 200 000 euros sur ce programme d'intégration » rapporte le magazine. 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche