RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
23/09/2015

L'économie circulaire, un outil dans la lutte contre le dérèglement climatique

Sébastien Arnaud



Une étude affirme que l’économie circulaire aurait un rapport direct avec la lutte contre le dérèglement climatique.


Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.

Réalisée par l'Institut de l'économie circulaire et l'équipe d'EY Cleantech & Sustainability, cette étude est construite sur la base de données, d'études de cas et de témoignages. Elle dresse une typologie des rôles que peut jouer l'économie circulaire dans les stratégies bas carbone des pays développés et en développement.

Un communiqué d’Institut de l’économie circulaire souligne « les enjeux d'une vision de l'économie au prisme de la lutte contre le dérèglement climatique. »


Des « solutions concrètes »

Le communiqué explique d’abord que l'Institut propose « 10 solutions concrètes, applicables à court ou moyen terme, et ayant des impacts majeurs sur la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre. » En effet, l'étude entend « montrer que l'économie circulaire pourrait contribuer pleinement à l'agenda des solutions de la Conférence de Paris sur le climat (COP21) » qui aura lieu en novembre prochain. 

Les propositions d l’Institut de l’économie circulaire et d'EY Cleantech & Sustainability « sont réparties en 3 catégories » : d’abord la catégorie « Mesurer, comprendre, évaluer », puis la partie « Financer », et enfin une troisième et dernière partie, nommée « Engager la transition ».

Le communiqué explique ensuite le « dérèglement climatique vu au prisme de l'économie circulaire », en affirmant plusieurs points : « Les émissions de CO2 par habitant selon l'approche consommation n'ont pas diminué depuis 1990 en France et dans l'Union Européenne », ou encore « L'économie circulaire, lorsqu’elle est adoptée au coeur du modèle d'affaire des entreprises, réduit les émissions de gaz à effet de serre. » Une autre mesure souligne qu’une « transition bas carbone n'est pilotable que si elle s'accompagne de créations d'emplois et de la garantie alimentaire des populations », quand une autre affirme qu’ « une cohérence est nécessaire entre traités environnementaux et traités commerciaux. »


Tout en continuant d’affirmer que certaines des propositions de l'économie circulaire pourraient contribuer à la lutte contre le dérèglement climatique, le communiqué ajoute qu’ « il est primordial de privilégier l'utilisation de matières premières recyclées par rapport à des matières premières vierges, dont les facteurs d'émissions sont nettement supérieurs. »






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche