RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
12/01/2015

L'écoconception, un atout pour l'entreprise

Jean Camier



Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) l’écoconception est un terme désignant la volonté de concevoir des produits respectant les principes du développement durable et de l'environnement, en recourant « aussi peu que possible aux ressources non renouvelables en leur préférant l'utilisation de ressources renouvelables, exploitées en respectant leur taux de renouvellement et associées à une valorisation des déchets qui favorise le réemploi, la réparation et le recyclage », dans un contexte qui évoluerait alors vers une économie circulaire.


L'écoconception est une approche qui prend en compte les impacts environnementaux dans la conception et le développement du produit et intègre les aspects environnementaux tout au long de son cycle de vie (de la matière première, à la fin de vie en passant par la fabrication, la logistique, la distribution et l'usage).

Jusqu'ici menée de manière empirique, cette initiative s'inscrit aujourd'hui dans une démarche plus systématique. Certaines entreprises décident donc d'anticiper les contraintes législatives et réglementaires et font de l'écoconception un avantage concurrentiel.
 
C'est le choix d'une PME spécialisée dans les accessoires de fitness, Sveltus. Son fondateur, Robert Krupa, a en effet remplacé les disques métalliques des haltères et les barres lestées par des matériaux 100 % recyclables et remplis d'eau.

Une façon maligne de s'adapter à l'air du temps, tout en répondant à la hausse des prix des matières premières comme l'acier. Bialn des cours : 4,7 millions d'euros de CA en 2012, pour un investissement de 100 k€.

Cet exemple confirme les résultats d'une étude menée sur 119 entreprises en France, au Québec et dans l'Union européenne, selon laquelle 45 % des sociétés ont vu leurs profits augmenter grâce à l'écoconception, dont 6% de manière importance.  Cette étude a été  menée par le pôle écoconception et management du cycle de vie, à Saint-Étienne, et par l'institut de développement de produits à Montréal, avec le soutien de l'Ademe.
 
 

Marge bénéficiaire supérieure à 12%

Plus intéressant, encore : la marge bénéficiaire de ces innovations se révèle supérieure de 12 % à celle des produits fabriqués de manière conventionnelle. 
 
Et ce, sans compter toutes les autres retombées positives sur l'image de l'entreprise, la motivation et la fierté de ses employés, mais également des relations plus étroites avec ses clients et une plus grande capacité à créer de nouveaux produits. Autrement dit, l'écoconception se montre bénéfique sur tous les plans.
 
Étude menée par le pôle écoconception et management du cycle de vie, à Saint-Étienne, et par l'institut de développement de produits à Montréal, avec le soutien de l'Ademe.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche