RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
02/02/2016

L’UE attend beaucoup des négociations environnementales du secteur aérien

Sébastien Arnaud



La commissaire européenne chargée des Transports, Violeta Bulc a insisté sur l’importance des négociations environnementales du secteur aérien en 2016. Selon elle, il est grand temps de trouver un terrain d’entente pour mettre en place de nouvelles règles communautaires.


Pixabay Photo libre de droit
Pixabay Photo libre de droit
 Pour la commissaire européenne chargée des transports, Violeta Bulc, les négociations du secteur aérien sur les questions de protection environnementale prévues pour cette année sont « décisives ».

« Au niveau européen, Mme Bulc espère faire adopter "cette année" de nouvelles règles pour rendre plus efficace l'organisation du "ciel européen" par le Parlement et le Conseil de l'UE, des mesures avancées dès 2013 par la Commission et qui contribueraient à réduire la consommation de carburant et les nuisances sonores occasionnées » explique Le Parisien qui rapporte l’information.
 

Plusieurs rendez vous clés

Si la commissaire européenne a tenu ce discours devant la presse, c’est parce que 2016 s’annonce comme une année charnière pour le transport aérien. 2015 s’est clôturé avec la Conférence climatique de Paris, les sujets environnementaux sont encore frais dans les esprits, ainsi que les déceptions quant à un accord ambitieux. Il semble ainsi inenvisageable qu’un secteur d’activité entier, aussi polluant que celui du transport aérien, ne soit pas mis à contribution. « Selon un rapport destiné aux eurodéputés cité par l'ONG Transport & Environment, "dans un scénario (de limitation du réchauffement climatique) à 2°C où les autres secteurs prennent des initiatives ambitieuses, l'aviation internationale pourrait être responsable de 22% des émissions mondiales de CO2 d'ici 2050" » décrypte le quotidien national.

Plusieurs rendez-vous importants permettront de lancer une dynamique vertueuse en la matière avec des  réunions organisées par l’Organisation de l’Aviation civile internationale (OACI). Cette agence qui dépend des Nations Unies se réuni en février et pourrait donnée le top départ d’une année de négociations et de consensus mais aussi d’efforts financiers pour des investissements innovants. « Le rythme des progrès dans diverses catégories (technologie, conception) ne va pas assez vite par rapport à la croissance de la demande dans le transport aérien, provoquant des pressions croissantes sur l'environnement, et la tendance doit se poursuivre » analyse Violeta Bulc citée par Le Parisien.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche