RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
27/10/2017

L’Anses interdit un substitut du glyphosate vendu par Bayer




L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) vient d’annoncer l’interdiction de mise sur le marché du Basta F1 commercialisé par Bayer. Cet herbicide est un substitut du glyphosate.


ILD
ILD
C’est raté pour Bayer qui espérait passer entre les gouttes. Avec la menace d'interdiction qui pèse sur le glyphosate, les substituts étaient pourtant porteurs de promesses pour le chiffre d'affaires. Finalement, le groupe industriel vient d’essuyer un camouflet en voyant l’herbicide Basta F1 qu’il produit interdit de commercialisation. L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a rendu sa décision jeudi 26 octobre : retrait de l’autorisation de mise sur le marché.
 
Ce produit est constitué de glufosinate-amonium, c’est une des rares herbicides que l’exécutif européen a identifié comme substitut du glyphosate. L’Anses, par communiqué, explique que le produit est potentiellement dangereux pour la santé. D’autant que son application, comme pour avec le glyphosate, par pulvérisation touche donc toute la végétation et non pas uniquement les plans traités.
 
« Le glufosinate-ammonium est néanmoins bien moins vendu que le glyphosate. Huit mille tonnes de glyphosate ont ainsi été vendues en France en 2016, contre 130 tonnes de glufosinate-ammonium, selon les données 2016 publiées par Eaufrance, le portail public du système d'information sur l'eau. Ces valeurs sont exprimées en tonnes de substance active, qui correspondent aux ventes réelles de pesticides. Avant d'être épandus, ces pesticides sont dilués et les quantités de produits déversés augmentent plus ou moins fortement en fonction de la marque de désherbant utilisée » précise un article du site FranceTvInfo .
 
Sans surprise, Bayer a critiqué cette décision qui implique un bannissement total d’ici neuf mois. « Nous regrettons la décision de l'Anses qui prive l'agriculture d'une solution de désherbage reconnue utile, voire indispensable par certaines filières, alors même que des études démontrent la sécurité de l'utilisation du produit pour la santé lorsque les conditions d'utilisation sont respectées » explique le président France de Bayer, cité par un communiqué.
 
« Depuis le 1er juillet 2015, l'Anses a procédé pour des raisons de sécurité sanitaires au retrait de 147 autorisations de mise sur le marché de produits contenant certaines substances actives, dont 126 produits à base de glyphosate associé à la tallowamine en juin 2016 » contextualise le site Science et Environnement





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche