RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
17/06/2015

Interdiction du Roundup, la guerre aux pesticides est déclarée

Sébastien Arnaud



Ségolène Royal a confirmé que le célèbre herbicide de la compagnie Monsanto allait disparaitre de la vente à partir de janvier 2016. La ministre de l’Ecologie a annoncé vouloir mettre un terme à la vente d’herbicides aux particuliers. Entre fermeté et laxisme, la décision – aux apparences de coup de communication - est critiquée de toutes parts.


Montage photo, signe de la guerre menée contre le Roundup par les militants DR
Montage photo, signe de la guerre menée contre le Roundup par les militants DR
Ségolène Royal a annoncé que le plus célèbre des herbicides, le Roundup, allait disparaitre de la vente grand public dès janvier 2016. La ministre s’est appuyée sur le classement cancéro-probable du produit pour émettre cette interdiction qui devrait être incluse dans la loi sur la transition écologique. Cible de cette décision, le Roundup serait touché par la chasse à l'un de ses principaux composants : le glyphosate.
 
En apparence ambitieuse, la décision de la ministre est en fait assez marginale puisque l’utilisation par les particuliers du glyphosate est beaucoup plus faible que celle des professionnels. En effet, l’agriculture française consommerait chaque année 8 500 tonnes de ce produit probablement cancérogène d’après le Centre international de recherche sur le cancer. Du coup, le produit pourrait être retiré des étalages grands publics pour être vendu uniquement par des vendeurs certifiés, explique sur son site la radio France Inter.

Que des mécontents

Les militants écologistes et anti glyphosate risquent donc d’être peu satisfaits de cette mesure qui a déclenché l’ire de la multinationale Monsanto et d’associations de jardiniers. Le représentant français du groupe a en effet déclaré ne pas comprendre l’acharnement du gouvernement.
 
De son côté, l’Union des entreprises pour la protection des jardins et espaces publics (UPJ), parle d’une « écologie de bazar ». D’après ces professionnels, cités par le site Revenu Agricole , il s’agit d’un coup de communication de la ministre de l’Ecologie. Ils rappellent qu’un programme de suppression progressive du glyphosate est déjà prévu par le plan Ecophyte qui doit démarrer en 2018. « Aujourd'hui Mme Royal veut avancer ce calendrier à 2016 pour le glyphosate, pour moi c'est un effet d'annonce, une écologie de bazar. C'est agaçant » a expliqué à l’AFP le directeur de l’UPJ, Jacques My.






1.Posté par Slick le 21/06/2015 10:07
Ségolène Royal semble ignorer les techniques agricoles et les procédures de mise en marché des produits phytosanitaires.
Mais aussi :
- que le Roundup est utilisé largement dans le monde depuis 40 ans sans susciter le moindre problème sanitaire ou environnemental
- qu'il a toujours été classé non cancérigène, non mutagène, non génotoxique par toutes les agences d'évaluation internationales à l'exception d'une étude récente parlant prudemment de risque probable
'- que la toxicité aigüe du Roundup est plus faible que celle du sel de cuisine
- que le Roundup est un produit peu persistant dans le sol,
- que le Roundup n'est plus protégé par un brevet depuis 1991 et que les 2/3 de la production de glyphosate (matière active du Roundup) est chinoise,
Si S.Royal veut supprimer toutes les substances potentiellement cancérigènes, qu'elle le fasse et bon courage!
Mais ridicule son opération démagogique et médiatique dans une jardinerie !!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche