RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
29/08/2017

Industrie alimentaire, la révolution viande durable est en marche




Bill Gates, Richard Bronson et Jack Welch viennent d’investir dans une société alimentaire durable. Un signe qui ne trompe pas dans ce secteur industriel souvent décrié : la révolution durable est en marche.


ILD
ILD
Quand un milliardaire ou une grosse entreprise entre dans le capital d’une start-up, c’est le signe qu’il se passe quelque chose. Bardées de conseillers, d’analystes et de stratège, la décision d’investir dans un domaine est un excellent indicateur de tendance. Alors quand Bill Gates, Richard Branson et Jack Welch mettent au pot d’une start-up d’alimentation durable, il faut regarder de plus près.
 
Memphise Meat est une start up californienne qui veut faire évoluer les moyens de production. « La société pionnière de la Silicon Valley aurait pour ambition de changer durablement les moyens de production de viande, en la fabriquant à partir de cellules animales, sans élever ni abattre de bétail ou de volaille. Elle a récolté 17 millions de dollars (14,3 millions d'euros) grâce à ces investisseurs prestigieux, d'après le communiqué publié mercredi sur son site. Cargill, le géant de l'alimentaire américain -109,7 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2017-, est aussi la première grosse entreprise productrice de viande à investir dans cette nouvelle technologie » relaye La Tribune .
 
Le procédé est un miracle pour les végétariens qui regrette le goût de la viande mais ne veulent pas encourager la maltraitance animale. « Concrètement, elle fabrique de la viande dans des réservoirs à partir de cellules animales vivantes auto-productrices, alimentées en oxygène, en sucre et autres nutriments. L'entreprise aurait ainsi réussi à produire de la viande de bœuf, de poulet et de canard, sans toutefois la commercialiser » un concept original et étonnant. D’un point de vue écologique et durable, l’entreprise annonce que cette méthode permet de produire de la viande avec 1% de la terre et 10% de l’eau utilisées pour les modes de productions classiques. Signe de l’avenir de la filière, continue l’article, « les grands exploitants de volaille et de bétail ont commencé à adopter des alternatives à la viande traditionnelle. Tyson Foods, le plus gros producteur de viande aux Etats-Unis, a annoncé en décembre une participation dans Beyond Meat, une autre start-up de Los Angeles qui produit des substituts alimentaires à partir de plantes, pour "alimenter durablement" la population mondiale. »





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche