RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
24/08/2015

Incident à Tianjin : une équipe de Greenpeace sur place

Sébastien Arnaud



L'accident chimique qui s'est abattu le 12 août dernier dans la zone portuaire de Tianjin (Chine) n'est pas totalement maîtrisé. Comme annoncé dans un communiqué, une équipe de Greenpeace effectue des mesures sur place et a enquêté dans d'autres ports chinois.


Incident à Tianjin : une équipe de Greenpeace sur place
Un accident chimique est survenu dans la zone portuaire de Tianjin, en Chine. Une équipe de Greenpeace a été envoyée sur place pour enquêter sur divers ports du pays.

Dans un communiqué, Greenpeace explique qu’une de ses équipes est en Chine pour constater les dégâts laissés par l’accident chimique qui s’est déroulé à Tianjin, et pour effectuer une enquête dans d’autres ports voisins : « Depuis plusieurs jours, des collaborateurs de l'organisation sont sur place à Tianjin. Ils prélèvent des échantillons d'eau provenant de flaques localisées autour du site des explosions et de la rivière Haihe où l'on a retrouvé de grandes quantités de poissons morts. »

Le but  de cette mobilisation sur place de Greenpeace : « évaluer les impacts environnementaux possibles suite à l'accident chimique catastrophique». Car l’enjeu est de taille : l’incident « a coûté la vie à 114 personnes au moins », alors qu’une soixantaine de personnes reste portée disparue.

« Propagation de cyanure »

Dans son communiqué, Greepeace interpelle sur « la propagation de cyanure de sodium, hautement toxique, après une autre explosion samedi 15 août ». L’équipe « tente d'obtenir des informations plus précises afin de mieux pouvoir évaluer la situation ». Il s’agirait d’un exercice difficile, « car les informations des autorités chinoises sont sommaires », et que la quantité des produits chimiques de la zone portuaire reste encore méconnue.

Greepeace s’interroge sur la nécessité de traiter l’eau, dans l’éventualité où celle-ci serait polluée. Le chimiste Manfred Santen, membre de l’équipe Greenpeace Allemagne, explique : « Il faut s'attendre à des dépôts de substances toxiques partout où des fumées se sont répandues et là où la suie est tombée ». Il ajoute : « Décontaminer la région sera une lourde tâche », prenant en compte le « cocktail de produits chimiques » qui a sévi sur la région de Tianjin.

Le chimiste explique également que plusieurs « containers aux chargements inconnus et des voitures ont brûlé, avec pour résultat très probable la formation de substances cancérigènes entre autres. »





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche