RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
08/03/2011

ISO 26000 : enfin une norme pour la RSE

RSE Magazine



La norme internationale ISO 26000 trace les lignes directrices pour la responsabilité sociétale. Sa mise en vigueur vise surtout une harmonie optimale entre tous les acteurs, privés ou publics, en encourageant notamment la mise en application des meilleurs procédés en responsabilité sociétale à l’échelle internationale.


ISO 26000, de quoi s’agit-il ?

L’ISO 26000 se dédie à tout type d’organisation, dans les secteurs privé et public, et dans tous les pays, qu’ils soient en phase de développement, en transition économique ou déjà développés. Contrairement aux normes ISO 14001:2004 et ISO 9001:2008, il ne s’agit pas d’un dispositif de certification, mais présente uniquement les lignes directrices pour la responsabilité sociétale. Comment appréhender la RS et quels en sont les principes de base ? Telles sont, entre autres, les questions sur lesquelles se penche le contenu de la norme. L’identification de la responsabilité sociétale de chaque organisme, ainsi que les grandes lignes de son intégration dans une entreprise entrent également dans le champ d’application de l’ISO 26000. Ne ciblant pas une catégorie d’organisation spécifique, la norme inclut les grands groupes comme les PME, les institutions publiques et gouvernementales. Les lignes directrices sont d’ailleurs présentées de manière particulièrement simple et objective, afin que tout acteur puisse s’y référer.

ISO 26000 : enfin une norme pour la RSE

Les lignes directrices

Les lignes de la norme ISO 26000 sont tirées des meilleurs plans RS déjà initiés dans les secteurs privé et public. Elles ont été élaborées pour apporter des solutions efficaces en termes de responsabilité sociétale. Toutes les questions relatives à la RS, incluant principes, concepts, tendance ou pratiques y trouvent notamment des réponses claires et objectives. Un accent est également mis sur l’intégration de la responsabilité sociétale au sein d’une entreprise, quelles que soient ses activités, sa taille ou sa localisation. Le dialogue avec les parties prenantes forme un point essentiel pour une meilleure implication des sociétés en termes de responsabilité, tout comme l’échange d’informations sur les performances et les engagements. L’objectif de l’ISO 26000 est de faire passer les entreprises de l’étape de « bonnes intentions » aux « bonnes actions ». Ses lignes directrices sont conformes aux conventions des Nations Unies, et complètent celles d’organismes spécialisés comme l’OIT ou Organisation Internationale du Travail.

L’initiative

L’ISO 26000 est issue de l’intérêt porté par le Comité pour la politique en matière de consommation ISO/COPOLCO pour une application de l’ISO sur la responsabilité sociétale, en 2001. Des études ont ainsi été menées par le Groupe ad hoc de l’ISO en 2003, notamment en ce qui concerne les enjeux et les initiatives RS à l’échelle mondiale et c’est en 2004, après le rassemblement de plusieurs acteurs de la filière, que le Groupe de travail de l’ISO sur la responsabilité sociétale (ISO/GT RS) a été créé afin d’élaborer l’ISO 26000. Gouvernements, institutions non-gouvernementales, industries, consommateurs, services, recherches et monde du travail ont été réunis pour concevoir les lignes directrices de l’ISO 26000. L’équilibre géographique a également été considéré. La conception a été effectuée sous la direction de l’ISO suédois (SIS) et brésilien (ABNT), avec la participation de bon nombre d’experts, d’organisations en liaison et de membres de l’ISO. En 2010, le groupe comprenait 42 organisations en liaison, 210 observateurs de 99 pays et 450 experts.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche