RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
15/10/2014

Hawaou Adamou: les mots d'une femme engagée

Roxane Lauley



Au Cameroun, où seule une fille sur trois est scolarisée, Hawaou Adamou milite pour le droit à l’alphabétisation des femmes et l’éducation des filles. C’est dans son quartier natal de la Briqueterie à Yaoundé que cette mère de famille a fondé l'Association des Femmes Haoussa pour le Développement (AFHADEV). Ce combat s’affiche comme une revanche pour celle qui a appris à lire et écrire à l’âge de 35 ans, et porte les espoirs des femmes camerounaises. Rencontre avec une femme engagée.


Votre engagement, intimement lié à votre histoire personnelle, est le reflet d’une large réalité au Cameroun. Quels sont les enjeux de l’alphabétisation dans votre pays et plus largement dans les pays touchés par ce phénomène ?

Au Cameroun tout comme dans certains pays africains, la question de l’éducation demeure une préoccupation majeure même si de réels progrès ont été accomplis en matière d’éducation dans le primaire. Les taux nets de scolarisation des filles sont de 71% contre 81% pour les garçons.
Mais les disparités géographiques sont fortes avec des taux de scolarisation beaucoup plus faibles des enfants dans les régions du Nord du Cameroun pour des raisons culturelles. L’écart se creuse davantage entre filles et garçons lors du passage du primaire au secondaire. Au Cameroun, le taux net de scolarisation des filles à l’école primaire de 2008 à 2011 est de 87% alors que le taux net de scolarisation des filles à l’école secondaire  est de 39%.

Vous êtes à la tête de l’AFHADEV et travaillez depuis 2008 avec Plan International au cœur de votre quartier natal de la Briqueterie. Quelles sont les mesures phares de votre combat et comment s’articule la collaboration avec l’ONG partenaire?

Chaque jour, je mène avec PLAN un travail de sensibilisation des parents, autorités politiques et religieuses  dans le quartier de la Briqueterie à Yaoundé sur l’importance d’éduquer les filles. J’essaie petit à petit de gagner la confiance de la communauté après de longues discussions. il faut savoir notamment  parler aux hommes. Si on les combat, cela ne marche pas. Ce projet a débuté avec PLAN en 2010 et nous avons un objectif de scolariser 3500 filles et les faire quitter le petit commerce de rue qu’elles font au quotidien, commerce qui les expose aux violences et abus divers. 
Dans ce projet, nous mettons en place des activités génératrices de revenus pour les femmes, dont les bénéfices permettront d’alimenter un fonds d’épargne pour la scolarisation des filles. Nous formons également les enseignants pour fournir un enseignement de qualité aux filles.
Enfin, nous encourageons également la participation des enfants, en particulier celle des filles par la mise en place de forums d’enfants pour qu’elles défendent leur droit à l’éducation.

Quels résultats avez-vous pu constater depuis la mise en place de ces mesures? Avez-vous de nouvelles perspectives ?

Depuis le début de ce projet, nous avons remarqué une très grande prise de conscience des mères vis-à-vis de l’importance de l’éducation des filles, beaucoup plus de filles sont scolarisées et on constate une diminution  des mariages précoces. Cependant, les hommes n’adhèrent toujours pas encore totalement à l’éducation des filles.
C’est pour cette raison que nous allons mettre beaucoup plus de moyens pour sensibiliser toutes les parties prenantes les femmes, les enfants, les jeunes, les communautés et surtout les hommes sur l’importance de l’éducation des filles.
Le projet va s’étendre à sept autres quartiers de l’arrondissement de Yaoundé. Cette extension de la zone d’intervention n’aurait été possible sans la collaboration avec Plan International Cameroun et l’appui financier renouvelé de Plan International France.

Vous avez déclaré que « le savoir procure l'autonomie, et mène à l'indépendance financière ». En quoi l’alphabétisation des filles et l’égalité des sexes sont-ils des leviers en matière de développement durable ?

La scolarisation des filles /femmes les rend autonome et leur permet de subvenir aux besoins de leurs familles et de leurs communautés. En effet, grâce à l’éducation, les filles acquièrent des connaissances et des capacités qui leur permettent d’accéder à l’emploi et donc à la richesse. Elles deviennent ainsi autonomes. Etant donné que ces connaissances sont les mêmes que celles reçues par les hommes, elles accèdent non seulement à l’emploi mais elles ont des aptitudes pour occuper les mêmes postes à responsabilité que les hommes.
Elles subviennent également aux besoins de leur famille et de leur communauté dans la mesure où une femme consacre 90 % de son revenu (contre 30 à 40 % pour les hommes) pour leur famille y compris pour l’éducation de leurs enfants.
Grâce à l’alphabétisation, les femmes peuvent mieux s’affirmer, revendiquer leurs droits. Elles sont également capables de sensibiliser beaucoup plus de personnes sur l’importance de l’éducation

 Vous êtes aujourd’hui nommée pour le prix « Women for change » qui récompense, dans le cadre du Women’s forum, les projets humanitaires conduits par des femmes en Afrique. Pensez-vous que les femmes ont un rôle particulier à jouer en matière de développement durable sur ce continent?

Les femmes sont de véritables acteurs du développement pour le pays en plus de leur famille et de leur communauté.
L’éducation des filles est un levier de développement pour leur pays. Il est démontré que lorsque le taux d’inscription des filles à l’école primaire augmente dans un pays, celui-ci voit son produit intérieur brut par personne augmenter.
Les femmes jouent effectivement un rôle majeur pour le développement de leur pays.

 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche