RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
28/11/2013

Gaz de schiste, un rapport parlementaire favorable à l’expérimentation

Jean Camier



Mercredi 27 novembre, le sénateur UMP Jean-Claude Lenoir et le député PS Christian Bataille ont publié le rapport parlementaire sur le gaz de schiste qu’ils ont dirigé. Le rapport est favorable à l’expérimentation.


DR assemblee-nationale.fr
DR assemblee-nationale.fr
Nouveau rebondissement dans le dossier du gaz de schiste. Un rapport parlementaire favorable à l’exploration expérimentale de la ressource a été publié mercredi 27 novembre. La recommandation est portée par les deux parlementaires qui ont dirigé les travaux, le sénateur UMP Jean-Claude Lenoir et le député PS Christian Bataille. « Nous constatons que le dossier du gaz de schiste a été diabolisé en France » a dit Monsieur Lenoir, sénateur de l’Orne cité par Le Monde.

L’Agence américaine d’information énergétique a estimé que la France disposait de réserves potentielles s’élevant à 3 900 milliards de mètres cubes de gaz de ce type et de 5 milliards de barils de pétrole. Les zones les plus riches en hydrocarbures se situeraient dans le Sud-Est et dans le bassin parisien.

Expérimentations scientifiques

Le travail parlementaire avait été lancé pour étudier les techniques alternatives à fracturation hydraulique interdite par la loi de juillet 2011, loi validée par le Conseil constitutionnel en octobre.
 
Les deux élus affirment que les scientifiques travaillent à améliorer la technique de fracturation hydraulique et que des expérimentations plus abouties doivent être menées avant d’exclure le procédé. Le député du Nord Christian Bataille a quant à lui rappelé que la technique avait été utilisée à 45 reprises en France et n’avait pas causé de problèmes sur l’environnement. Le rapport explique que la fracturation hydraulique n’est pas nouvelle et que les industriels la maitrisent de mieux en mieux.
 
Le texte met aussi en avant le développement dans d’autres pays de techniques alternatives comme la fracturation au propane qui serait déjà opérationnel.

« Un rapport très partial et très partiel »

De nombreuses voix se sont élevées contre le rapport. Denis Baupin, vice-président de l’Assemblée et la sénatrice Corinne Bouchoux ont publié un communiqué au titre évocateur « Un rapport très partial et très partiel ».

Jeudi 28 novembre Le Parisien a rapporté les propos du ministre de l’Ecologie, Philippe Martin qui explique qu’il faut « se méfier des VRP des hydrocarbures fossiles. »





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche