RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
12/05/2017

Extinction nocturne de l'éclairage public : Plusieurs communes l'ont expérimentée, avec succès




En France, quelques communes françaises ont d’ores et déjà expérimenté depuis le début du mois d’avril l'extinction nocturne de l'éclairage public. Zoom sur une pratique qui devrait ne pas tarder à se généraliser sur le territoire.


Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.
Cette action consiste à éteindre l'éclairage public dans les rues, au milieu de la nuit, pendant des plages horaires définie, peu fréquentées par la population et les automobilistes qui bénéficient déjà de l'éclairage de leurs véhicules.
 
La décision d'extinction de nuit est une initiative communale, prise par le maire. Ce dispositif entre dans le nouveau cadre législatif du Grenelle de l'Environnement. En France, plus de 12 000 communes se sont déjà engagées dans cette démarche.
 
Dans un communiqué, la « Communauté d’Agglomération Porte de l’Isère » ainsi que ses communes annoncent avoir déjà expérimenté l'extinction nocturne de l'éclairage public depuis le mois d’avril dernier, ce « dans le cadre de la poursuite de sa politique ambitieuse en matière de développement durable, de réduction des consommations énergétiques annuelles, de valorisation des techniques innovantes et de son Plan Lumière. » L’expérimentation durera jusqu’à la fin du mois d’octobre, pour onze communes pilotes qui se sont portées volontaires pour expérimenter ce dispositif. L'horaire d'extinction sera au minimum de 0h à 5h du matin.

​Bien être des habitants et impacts écologique et économique positifs

En Isère, cette opération semble considérablement améliorer le confort et la santé des usagers, en réduisant les nuisances et la pollution lumineuse.

En outre, sur l'aspect économique, cela permet d’optimiser l'éclairage public sur le territoire, de réduire fortement la consommation d'électricité, la facture énergétique annuelle et les dépenses de fonctionnement.

Enfin, concernant l'impact écologique, l’extinction nocturne de l’éclairage public permet également de réduire la pollution lumineuse et de diminuer l'impact sur la biodiversité en respectant mieux les rythmes jour/nuit de la faune et de la flore. De plus, cette pratique limite fortement les émissions de CO 2 et ses effets.
 
Ainsi, l'économie potentielle réalisée durant la phase d'expérimentation sur ces communes pilotes est de 1 700 000 kWh par an, soit 145 000 euros d'économie par an ; 153 tonnes de CO 2 produites en moins par an sur les communes engagées.

Une extinction totale de l'éclairage public en milieu de nuit sur l'ensemble du territoire serait de l'ordre de 4 900 000 kWh par an, soit 450 000 euros d'économie par an. Une pratique qui devrait donc se généraliser rapidement.






1.Posté par Georges le 16/05/2017 09:39
Pas de conséquences sur la délinquance ???

2.Posté par Toto le 02/06/2017 11:17
Il y a une petite erreur ou quelque chose de pas clair il me semble.
l'économie sur 1 an serait de 145 000 pour les quelques communes pilotes, et 450 000 pour "l'ensemble du territoire" == l'Isère ? La France ?
même dans le premier cas le *3 ne me parait pas beaucoup (sachant que la métro n'est pas concernée)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche