RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
10/10/2013

Etude de l’ADEME sur l’efficacité énergétique

Jean Camier



L’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Énergie) a mené une étude sur l’efficacité énergétique pour le Conseil Mondial de l’Energie. D’après elle, l’enjeu est devenu une réalité mondiale mais de grandes disparités régionales demeurent


Etude de l’ADEME sur l’efficacité énergétique
Depuis 1990, l’intensité énergétique (ratio entre la consommation d’énergie primaire et le PIB d’un pays) a diminué d’environ 1,3% par an et l’intensité d’énergie finale de 1,6% par an. D’après le rapport, malgré la récession économique, des politiques visant à limiter l’impact énergétique ont été mises en place dans de nombreux pays qui ont enregistrés des résultats plutôt encourageants.
 
Ainsi environ 75% des pays ont mis en place des institutions spécialisées pour traiter cet enjeu. 80% se fixent des objectifs précis et mettent en place des mesures pour les atteindre. À titre d’exemple, 70% des pays ont interdit les lampes incandescentes sur leur territoire.
 
100% des pays de l’OCDE, 90% des pays d’Asie et 50% des pays d’Afrique analysés par l’étude, ont mis en place un système d’étiquetage des performances sur des gammes de produits de plus en plus large.
 
Dans le secteur du bâtiment, 70% des pays appliquent de nouvelles réglementations sur la construction du neuf. L’affichage des performances énergétiques des habitations, mise en place en UE, devrait également se répandre.
 
Le transport est le domaine qui enregistre les chiffres les plus positifs avec une baisse moyenne de 10% entre 1990 et 2011 et ce pour le monde entier.

Disparités régionales

L’industrie lourde chinoise, les prix des hydrocarbures au Moyen-Orient sont des particularités régionales qui pèsent sur les impacts énergétiques des pays concernés. Les mauvais résultats en terme d’efficacité énergétique de l’Inde et de la Chine, du fait de la taille de ces deux pays, influencent négativement les résultats publiés par l’étude.
 
L’impact énergétique résidentiel a diminué de seulement 0,8% en moyenne. C’est le domaine où les disparités entre les pays sont les plus évidentes :  750 kWh par ménage en Inde, 1 300 en Chine, 3 500 en Europe, 5 000 au Japon et 10 000 en Amérique du Nord. 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche