RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
20/09/2012

Et si les villes françaises devenaient des villes cyclables ?




Le vélo fait partie intégrante de la dynamique quotidienne de nombreuse ville du nord de l’Europe. À Copenhague, à Amsterdam, à Cambridge et ailleurs, jeunes et moins jeunes emprunte quotidiennement ce mode de transport écologique. En France également, le vélo se popularise. Il pourrait devenir un moyen de transport privilégié des centres-villes. Mais aussi bénéfique soit-il pour l’homme et l’environnement, l’emploi de ce mode de transport n’est pas sans poser quelques problèmes d’organisation des espaces urbains.


Et si les villes françaises devenaient des villes cyclables ?
Le 16 septembre 2012 était inaugurée la 11e édition de la semaine de la mobilité. L’ouverture de cet évènement national est bien évidemment l’occasion d’animer un débat sur la façon dont l’homme se déplace. À bien y regarder parmi les animations organisées à travers les différentes villes de France, le vélo semble connaître un nouveau souffle de popularité en France. À Poitiers par exemple, la ville a mis ses concitoyens au défi de réaliser le plus grand nombre de leurs déplacements à bicyclette sur une période d’une semaine. La quête d’un mode de transport urbain alternatif semble prendre une direction toute particulière au pays de la Grande Boucle.
 
L’attrait des Français urbain pour le déplacement à vélo est réel, mais il est toutefois loin d’être aussi important qu’ailleurs en Europe. À Amsterdam par exemple, ce mode de transport est le plus emprunté par les habitants : la ville déclarait ainsi quelque 460 000 cyclistes en 2006. À Copenhague, c’est un peu plus d’un tiers des habitants de la ville qui se rend sur son lieu de travail à vélo. Dans certaines villes historiques britanniques de plus petite taille telles qu’Oxford ou Cambridge, l’utilisation de la bicyclette est également quotidienne. De nombreux habitants qui contribuent indéniablement au charme particulier de ces hauts lieux de cultures.
 
À Paris, le vélo ne représentait en 2007 que 3 % des déplacements quotidien d’après l’Insee. La France accuse donc un certain retard en comparaison de ses voisins du Nord. La bicyclette présente pourtant de nombreux avantages quotidiens ; des avantages qui dépassent le seul caractère écologique de ce mode de transport. L’Observatoire Régional de Santé d’Ile-de-France en dressait la liste dans une étude parue à l’occasion de la 11e semaine de la mobilité. Outre sa maniabilité et l’atout qu’il constitue dans les rues congestionnées des centres-ville, le vélo est aussi un formidable outil d’entretien physique. Comme toute activité sportive, le vélo permet en effet de réduire sensiblement les risques de maladie cardiovasculaire et participe également de la régulation du stress lorsqu’il est pratiqué quotidiennement.
 
Utiliser son vélo au quotidien revient finalement à utiliser l’utile à l’agréable. La recette a déjà séduit le Danemark ou les Pays-Bas depuis longtemps. L’intérêt des citoyens et des pouvoirs publics pour ce mode de déplacement pourrait en favoriser le développement dans les villes françaises à l’avenir. La démocratisation des systèmes de vélos en libre-service en France est d’ailleurs un symptôme encourageant en ce sens. Mais il en faudra certainement plus aux grandes agglomérations françaises pour atteindre des niveaux d’utilisation comparable à ceux des leaders en la matière. Amsterdam compte à elle seule quelque 400 km de pistes cyclables et des parkings dédiés pour favoriser la sécurité et l’usage de la bicyclette. À Copenhague, la signalétique routière est même adaptée pour faciliter l’usage de la route par les cyclistes. Ces infrastructures sont autant d’arguments en faveur d’une utilisation quotidienne, sure et pratique du vélo et autant d’idées susceptibles d’inspirer la démarche française en la matière.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche