RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
11/05/2016

Eolien marin, EDF signe un partenariat avec Enbridge




Pour les trois premiers projets de parcs éoliens en mer en France, EDF Energies Nouvelles a mis en place un partenariat avec le leader canadien de l’énergie renouvelable, Enbridge. Déjà partenaires au Canada, les deux sociétés exploitent quatre parce éoliens.


Pixabay - Image libre de droit
Pixabay - Image libre de droit
« EDF Energies Nouvelles, filiale du Groupe EDF dédiée aux énergies renouvelables, annonce un nouveau partenariat avec Enbridge Inc., un des leaders en Amérique du Nord dans le secteur de l'énergie, notamment sur le marché des renouvelables. L'accord porte sur le développement, la construction et l'exploitation de trois parcs éoliens en mer français, totalisant 1 400 MW de puissance installée » annonce EDF dans un communiqué largement repris par les médias.

L’électricien français se lance donc dans l’aventure des trois premiers parcs éoliens offshore de France avec le leader canadien de l’énergie. Enbridge prend ainsi la moitié des parts de la société Eolien Maritime France (EMF) qui sera en charge de ces trois sites. Les trois projets sont situés dans la Manche, près de Fécamp (498 MW) et de Courseulles-sur-Mer (450 MW), mais aussi dans l’Atlantique au large de Saint-Nazaire (480 MW).
 

Une collaboration qui a fait ses preuves

« EDF Energies Nouvelles et Enbridge sont partenaires depuis 2012 au Canada, où ils exploitent ensemble quatre parcs éoliens représentant une capacité installée cumulée de 830 MW. A travers cette nouvelle alliance, Enbridge poursuit son développement sur le marché européen de l'éolien en mer » explique le communiqué.

« Le développement de ces futurs parcs éoliens en mer générera des bénéfices économiques significatifs pour la France et créera de très nombreux emplois durant la construction et l'exploitation de ces parcs. Ceci prouve une fois de plus le rôle clé du Groupe sur le marché des énergies renouvelables dans le pays » a commenté le directeur du Pôle Energies Renouvelables, Antoine Cahuzac. D’après les informations du journal Le Monde, EDF a dû choisir un remplaçant à son ancien partenaire, la société danoise Dong, parce que cette dernière souhaitait être la seule en charge d’au moins un parc. Depuis près d’un an, l’électricien français cherchait donc un remplaçant solide à la société danoise dont le savoir-faire dans le domaine est inégalé.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche