RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
06/10/2016

Environnement, 85% des Français jugent inefficace l’action d’EELV depuis 2012

Sébastien Arnaud



Un sondage BFMTV avec Elabe rapporte que 85% des sondés estiment que le parti écologiste français n’a pas servi à grand-chose depuis 2012 en matière d’environnement. Par ailleurs plus de la moitié des sondés pensent qu’une candidature EELV à la présidentielle ne servirait à rien.


DR
DR
C’est un sondage difficile à avaler pour le parti écologiste EELV. Alors que la gauche française s’engage en ordre de bataille pour la présidentielle de l’année prochaine, l’avenir du premier parti écologiste ne semble pas passionner les foules.
Pendant que les quatre prétendants EELV à l’investiture pour les présidentielles – Cécile Dufloot, Yannick Jadot, Michèle Rivasi, Karima Delli – cherchent à convaincre les militants, le reste des Français se désintéressent plutôt franchement de l’issu de ces primaires vertes. D’après un sondage BFMTV réalisé par Elabe, 53% des sondés estiment que la présence d’un candidat écologiste est inutile.

« Parmi les sondés, 21% considèrent une telle candidature "tout à fait inutile" (32% "plutôt inutile", 35% "plutôt utile"), et seuls 12% l'estiment "tout à fait utile". Le sondage montre un clivage politique sur la question, puisque 63% des sympathisants de droite et du centre, et 62% des sympathisants FN jugent une telle candidature inutile, alors que 61% des sympathisants de gauche l'estiment utile. Les sympathisants du PS apparaissent cependant divisés sur la question, la moitié jugeant cette candidature inutile (51%) » détaille L’Express .

Environnement, un bilan peu apprécié durant le quinquennat

Le sondage réalisé sur un échantillon de 972 personnes est encore plus sévère sur le rôle joué par le parti dans la défense de l’environnement depuis 2012 : « 85% des Français jugent inefficace l'action d'EELV en faveur de l'environnement depuis le début du quinquennat de François Hollande en 2012. Parmi les sympathisants du parti, seuls 30% jugent cette action efficace » continue le magazine.

Un constat sévère et difficile à avaler mais qui démontre cependant l’incapacité du parti à sortir du clivage politique pour parler écologie et environnement à toutes les sensibilités. Une légitimité populaire difficile à obtenir avec des primaires qui ne comptent que 17 000 électeurs inscrits, soit seulement 10 000 de plus que le nombre d’encartés.
 






1.Posté par Sprikritik le 08/10/2016 18:39
La majorité des élus "verts" ne sont pas des éCologiques, mais des écologistes fascinés par les ors de la république qui s'estiment indispensables et irremplaçables.

L'écologisme ne devait être ni à droite, ni à gauche, mais légèrement en avant en montrant l'exemple

Combien de pionniers de la présence écolo aux élections législatives de 1978 ne sont pas ou plus dans ce parti et ne voteront pas pour ses candidats, sauf rares exceptions sincères ?

Lamentable

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche