RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
18/04/2014

Entre 2002 et 2013, 908 personnes sont mortes dans un des « conflits environnementaux »




L’ONG Global Witness, a publié un rapport dans lequel elle liste le nombre de personnes qui sont mortes en défendant des territoires ou l’environnement. En 2012, 147 personnes auraient été tuées dans des conflits liés à l’environnement. L’Amérique du Sud, Brésil en tête, est la première zone concernée par ce genre de « guerres environnementales ».


Le 15 avril, l’association Global Witness a publié un rapport qui revient sur les morts survenues lors d’oppositions liées à l’environnement. Ce document, intitulé « Deadly environment », rapporte « les morts connues de personnes alors qu’ils défendaient des droits environnementaux et territoriaux. » Première grande tendance observée : « une augmentation claire du nombre de morts dans ce cadre a été identifiée entre 2002 et 2013. »

En 2002, 51 personnes sont mortes dans des luttes pour défendre leur environnement contre 147 en 2012. Global Witness explique que cette augmentation est due à un nombre croissant de zones disputées par des entreprises ou autorités et des habitants.

Dans le résumé de son enquête, l’ONG souligne « un sérieux problème de pénurie d’informations ou de surveillance de ce problème, ce qui signifie que le total est surement supérieur au chiffres avancés dans les documents. » Avant d’ajoute que « ce manque d’attention nourri des niveaux endémiques d’impunité, avec seulement 1% des responsables connus arrêtés. »

Amérique du Sud en tête

« Les disputes sur des projets industriels, miniers et les droits territoriaux sont les principales causes, et l’Amérique du Sud puis l’Asie Pacifique sont particulièrement touchées » continue le rapport. Sur les 906 morts enregistrés entre 2002 et 2013, 448 ont eu lieu au Brésil, 109 en Honduras, 67 aux Philippines et 58 au Pérou. L’Amérique du Sud est donc particulièrement touchée par ce phénomène.

Pour Global Witness, ces chiffres prouvent « qu’il n’a jamais été aussi important de protéger l’environnement ». Les militants font donc « appel aux gouvernements et à la communauté internationale pour qu’ils agissent urgemment dans le sens de la protection de l’environnement et des citoyens qui le défendent. »






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche